Cliquez sur la barre et utilisez les flèches du clavier ou scroll afin de faire défiler

News

25/02/2017 — Rang Brigade fermé, sauf prédéfinis !
15/02/2017 — Nouveau thème !
15/02/2017 — Modifications annexes / règlement.
15/02/2017 — Réorganisation des lieux !
05/02/2017 — Lancement d'event St Valentin Ici

Top Site

Effectifs

5 Humains B.| 7 Humains N.| 11 Humains M.| 10 Hybrides D.| 18 Hybrides N.| 9 Hybrides S.

Prédéfinis Importants

Shout box Invités ↓

©linus pour Epicode
Déroule-moi



 

 :: 
Londres
 :: Centre Ville :: Les ruelles :: Scarlet Palace Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Event] Chambre 103 : I don't make love...

avatar
Douglas Lanteen
Humain Neutre
Masculin
Messages : 269
Date d'inscription : 09/12/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 6 Fév - 12:58

I don't make love...
   
   
« Tu es prêt ? »
« Ouais, ouais… »
« Tu as tout ce qu’il te faut ? »
« Ouais… »
« Je compte sur toi pour faire bonne impression, hein ? »
« Oui, Tiff’, je parlerai poliment et je ne me gratterai pas les couilles en public, c’est promis… »


Tiffany me gratifie d’une bourrade dans les côtes pour ma subtilité, un sourire indulgent sur le visage étant donné que je supporte son laïus depuis trois bonnes minutes. Elle est gentille mais elle a tendance à materner un peu trop son équipe. Après six ans dans la boîte, je me demande bien comment elle fait pour avoir le moindre excédent d’instinct maternel à diriger sur une bande de développeurs de site porno mais depuis le temps, je me dis que ça fait partie du personnage. Et puis elle n’a pas son pareil pour nous manager. Elle est très forte pour tirer le meilleur de nous tous et Dieu sait que ce n’est pas toujours simple. C’est d’ailleurs pour ça que je suis passé en revue au lieu de commencer ma journée de boulot : je m’apprête à partir en mission spéciale. Plus précisément, j’ai été choisi parmi les larbins dispensables de l’équipe pour aller tester l’offre promotionnelle du Scarlet Palace. Sachant qu’ils veulent ouvrir une partie love hotel d’ici peu, Backdoor s’est aussitôt proposé comme fournisseur officiel de matériel audiovisuel (des vidéos pornochics, en l’occurrence). Et pendant que les huiles font des ronds de jambes à Mr Scarlet autour d’un verre de pinard hors de prix pour espérer signer le contrat, la piétaille part servir de crashtest à leur évènementielle, en gage de bonne foi. Vous l’aurez deviné, c’est sur moi que c’est tombé. Tiens, et à ce sujet :

« Tiff’ ? »
« Quoi ? »
« Pourquoi c’est à moi d’y aller ? »


Je m’apprête à expliquer que je n’ai pas trop la tête à tout ce qui est St Valentin, romantisme et couples roucoulants en ce moment, lorsqu’un reflet enflammé sur ses lunettes me coupe la chique :

« Parce que c’est toi le plus beau, Doug ! Quand tu ouvres ta chemise et que tu mordilles la branche de tes lunettes en te caressant le torse, t’as tellement de sex-appeal que si je m’écoutais, c’est toi que j’utiliserais pour la front page du site… »

Hormis lui demander à quelle occasion elle a pu m’observer chemise ouverte en train de me caresser le torse, je n’ai absolument rien à répondre à un tel argument. Je me mets donc en route vers le Scarlet Palace, morose. Une offre promotionnelle spéciale St Valentin… j’aurais pas du accepter. C’est pas ce dont j’ai besoin en ce moment, pas alors que j’ai largué Tom il y a moins de deux mois pour courir après une ex inaccessible. Cette année, tout ce que j’aurais voulu pour ce 14 février, c’est passer une soirée normale, sans que tout dans la rue me rappelle à quel point je suis seul et perdu dans ma vie sentimentale. Ces roses partout… Tom les aurait adorées… Je me colle une bonne gifle mentale pour arrêter d’y penser en entrant dans le hall décoré pour l’occasion. Heureusement qu’on nous a pas demandé de venir en couple, tiens… En me présentant à l’accueil pour récupérer un numéro de chambre et une clé, je dois quand même bien admettre que ça a de la gueule. Tout en remplissant leur formulaire plein de questions bizarres, j'essaie de voir le bon côté des choses. Malgré mon état d’esprit vomitif vis-à-vis du bonheur conjugal, c’est pas tous les jours que j’aurais l’occasion de profiter d’un tel luxe, surtout avec mon salaire. Le moral à peine plus haut que les chaussettes, j’essaie de me convaincre de profiter de ce qui m’est offert en tournant ma clé dans la serrure.

La suite aussi est renversante. On s’est vraiment pas foutu de nous pour le coup, ça en jette. On pourrait mettre facilement trois fois mon appart’ dans de telles dimensions et je ne parle même pas du raffinement de la décoration. Les meubles sont en bois massif, les canapés en cuir véritable, y a des fleurs sur chaque table et la première chose que je fais en entrant après avoir laissé ma veste sur le porte-manteau est de retirer godasses et chaussettes pour enfouir mes orteils dans le tapis devant la cheminée. Parce que oui, il y a une cheminée avec une bonne flambée dedans contre un des murs du salon. Bon. Je sais pas ce que je vais pouvoir foutre là-dedans tout seul toute la journée mais au moins, je serai dans un joli cadre. Allez, en hommage à Tiff’, j’accepte de déboutonner les premiers boutons de ma chemise blanche et vient me placer face au feu. Au passage, j’attrape la bouteille de champagne dans le seau à glace près des canapés et m’en sert une bonne lampée dans une flûte qui patiente sur la table. C’est marrant d’ailleurs, il y en a deux…
CODE DE PHOENIX O'CONNELL POUR NEVER UTOPIA


✿*゚‘゚・✿.。.:* *.:。✿*゚’゚・✿.。.:* *.:。✿*゚¨゚✎・ ✿.。.:* *.:。✿✿*゚‘゚・✿.。.:* *.:。✿*゚’゚・✿

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Akechi Minamoto
Humain Mauvais
Masculin
Messages : 468
Date d'inscription : 01/02/2015
Emploi : Etudiant (stagiaire dans le magasine de mode The most), garde du corps pour les yakuzas
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 13 Fév - 2:01
Chambre 103: I don't make love
morikubo showtaro voice ♥-Thanatos
En cas de soucis  dans une de mes reps dites le moi!
Hide and seek, une st valentin avec un inconnu, moi et... la recherche de la mort?! CLICK-ME



J'avais arrêté l'engin, pour me garer sur le parking de l'hôtel. J'aimais pas vraiment les hôtels et tout le blabla, c'était pas mon truc, j'étais plutôt auberge à vrai dire, mais je venais ici pour affaires. Une fois descendu de ma moto je mis la clef dans une des poches de mon slim gris clair, où il y avait une entaille faite au niveau des genoux. Je retirais ensuite mon casque pour le mettre dans le coffre.  J'avais passé mon permis il n'y a pas longtemps, parce que  franchement, c'était plus pratique de savoir conduire que de ne pas savoir.  Et puis j'avais eu envie d'une moto depuis un certains temps déjà, donc j'ai tout fait pour l'avoir. J'ai mis de l'argent de côté  durant des mois et je me suis pris une bonne moto. Elle n'était pas trop lourde pour moi, en fait je m'y connaissais pas vraiment en véhicules mais d'après le vendeur celui-là était un bon modèle. De ce qu'il m'avait dit il s'agissait d'une M800 Intruder, une Suzuki. Elle était noire et par endroit argentée, j'aimais son look plutôt léger, un peu rétro et à la fois moderne et surtout discrète.

Une fois descendu je remettais comme il fallait ma veste en cuir noire et passais une main dans mes longs cheveux en soupirant. Il fallait vraiment que je rentre dans ce truc? Putain, en plus ils faisaient des trucs pour la st valentin. C'est pas vraiment que j'aimais pas ce jour, c'est que je me sentais gêné de rentrer dans un hôtel qui faisait des choses pour ce jour si “spécial”, on va me prendre pour un type en couple... Bon tant pis, pas de quoi en faire tout un plat. J'avançais donc vers l'entrée l'air décontracté avec cet air neutre sur le visage avant de me diriger vers l'accueil. C'est vrai que c'était super joli ici. Enfin, je préférais les trucs un peu plus naturel, mais avec de la chance je pourrais peut être me reposer un peu après ma mission.

Un couple se trouvait devant moi, j'attendais donc que ce soit patiemment mon tour, alors qu'une fille se trouvait derrière moi. On se demande surement pourquoi j'étais ici. Ben c'est simple... Une fille avec qui je travaillais m'a demandé de faire quelque chose pour elle. Elle avait besoin de mes dons d'exorciseur. Ben ouais, les esprits, les yokais etc ça existe pour moi et j'étais un bon exorciste  alors c'était normal qu'elle en vienne à me demander de l'aide. Elle disait voir chaque soir et parfois le jour, un esprit qui apparaissait de nul part. Ce dernier avaient des ailes noires, et parfois qu'une seule aile, il était translucide et elle ne pouvait jamais le toucher. Pâle comme la mort et les yeux émeraude, en fait c'était plus un vert marécageux comme ceux d'un lieu hanté.  Il insufflait une véritable présence et l'oppressait tellement que parfois la jeune femme suffoquait. Je n'espérais pas avoir à faire à un shinigami.... Non impossible... Ceux là n'étaient pas des yokais et se montraient encore moins que les yokais. Pour être franc cette description me filait parfois des frissons. J'avais tout ce qu'il faut sur moi de toute façon, alors je n'avais pas à paniquer, la panique n'était pas dans mon vocabulaire. Et puis j'allais avoir une grosse somme de la part de cette fille pour exorciser cet esprit. J'avais pris soin de ne pas en dire un mot à Alvaro... Il m'aurait fait chier sinon, il adorait parler de fantômes etc et moi je détestais parler!


Je sentais un regard persistant derrière moi et décidais de me retourner lentement, les mains toujours dans mes poches. Je croisais alors celui de la jeune fille qui fit semblant de regarder à côté. Elle voulait surement ma place je pense.  Enfin je ne sais pas... Je lui aurais bien proposé, mais je n'osais pas vraiment, peut être que je me trompais.  Le couple avait enfin terminé et je m'avançais pour demander une chambre. L'homme sourit me donnant un formulaire que je remplis très rapidement et pas sérieusement pour un sous... Non mais de quoi ils se mêlent? De toute, j'allais pas participer à leur truc de st valentin mais comme ils insistaient hein... Signe astrologique... Bah voyons allez, je vais mettre vierge... J'étais poisson mais ils avaient pas à le savoir... Mon groupe sanguin? Euh.. J'sais plus... Je rendais ensuite le papier, au moins j'avais pas à payer pour aujourd'hui la suite, encore heureux! L'homme prit ma fiche riant un peu et me regarder avant de me chuchoter très doucement en plaisantant.

“La jeune fille derrière vous ne vous a pas lâché de l'oeil. Je pense qu'elle vous trouve joli garçon”

J'haussais un sourcil, avant de soupirer légèrement. Ouais ouais bien sur c'est ça... Je n'avais pas même pris la peine de rire et le visage de l'homme reprit un air sérieux avant qu'il ne se racle la gorge et ne me donne la clef de ma suite et le numéro.  J'allais fureter un peu avant d'aller dans ma chambre... Je remerciais donc l'homme et pris chemin vers les étages, sans me soucier plus que ça de la mauvaise blague qu'on venait de me faire. C'est vrai qu'Alexander m'avait dit un jour que j'aurais pu jouer les mannequins, pour le magasine de mode où je faisais mon stage. Il était simplement dommage que je ne sois pas si grand pour un homme. Pfff foutage de gueule, moi poser? Mais ouais bien sûr! Comme si j'avais la gueule et le physique d'un BG... Rien que d'y penser ça me faisait rire!  Je portais d'ailleurs des bottines noires à talons compensés, une chemise de la même couleur, aux manches retroussées presque aux coudes.  Elle était un peu large mais pas trop non plus. Quelques boutons du haut étaient ouverts, pas beaucoup, juste de quoi libérer ma gorge. Je haïssais me sentir serré ou étouffé. Je portais aussi une ceinture marron foncée et assez fine et j'avais changé la couleur de mon vernis pour du noir. J'avais en tout cas besoin de me sentir libre dans ce que je portais. Mes cheveux tombaient négligemment sur mes épaules et on pouvait certainement distinguer à mon oreille un petit piercing noir. J'aurais pu tenter de me recoiffer, mais ça servait à rien, et puis mes cheveux reprenaient souvent leur forme habituel, ils étaient si fins.

J'avais pris les escaliers et les montais silencieusement. Je sais pas combien il y en avait et j'avouais que pour aller à ma chambre je prendrais de toute façon l'ascenseur. Je vis alors une ombre sur un des murs, et il me semblait presque avoir vu une aile. Troublé, je commençais à monter plus vite, ayant beaucoup d'endurance et l'habitude de bouger et courir avec mon métier de garde du corps et yakuza cela ne me fatiguait pas beaucoup. Une fois arrivé au premier étage je m'arrêtais et regardais dans le couloir. Je commençais à avancer et vis cette fois ci très clairement un homme de dos, aux cheveux mi-longs et noirs, avec de grandes ailes noires. Mes yeux s'écarquillèrent et il se retourna vers moi. Son visage pâle et ses yeux me bloquèrent de tout mouvement d'un coup. Ouah! C'était quoi ça?!!   C'était comme s'il dégageait une aura  qui m'empêchait de faire quoique ce soit. J'aperçus un léger sourire sur son visage qui me semblait être celui d'un fantôme d'outre tombe. Il se remit ensuite à courir et je repris mes esprit.

“Eh!! Toi l'esprit! Reviens!! Je vais t'exorciser!!!”

Je ne criais pas trop fort non plus, je ne parlais jamais très fort même quand je criais.  Je me mis à le courser essayant de le rattraper mais comme il avait de très longues jambes et courrait assez vite ce n'était pas facile... Pourtant ce type avait d'aussi grandes ailes qu'Adriel! C'est pas possible! Ca ne pouvait être qu'un esprit! Il s'arrêta ensuite brusquement et se tourna sans crier gare. J'eus tout juste le temps de freiner pour ne pas me le prendre de plein fouet mais malheureusement pris de court je trébuchais et me cassais la figure sous son nez. J'entendis alors, un lourd soupir blasé et un souffle glacial à mon oreille. Je mis instinctivement ma main sur mon oreille avant de croiser son regard morbide et déglutir. Son visage n'était pas loin, et j'avouais que cet esprit me faisait un peu flipper il ressemblait à un shinigami... Je n'avais pas peur de la mort mais je ne voulais pas mourir maintenant, j'avais encore des choses à faire et il fallait que je retrouve mes souvenirs!  J'entendis alors la voix lente et froide de l'esprit.

“Thanatos... est mon nom... Je ne me laisserais pas avoir par un exorciste aussi peu qualifié... si maladroit en plus...”


Thanatos... Comme le dieu grec de la mort?... Non il se foutait de ma gueule ce yokai! Bientôt il allait me dire que y avait son jumeau Hypnos, dieu du sommeil, quelque part?! Bah voyons! Je me relevais rapidement, reprenant mes esprits, mais ce fut un peu tard car je me rendis compte qu'il avait encore une fois couru et cette fois ci je ne le voyais nulle part! Mais bon sang!!! Je regardais dans le couloir mais rien! J'étais certain qu'il avait marché derrière moi... Je me frottais le nez et grinçais des dents. Moi, peu qualifié?!! Je serrais mon poing maudissant ma propre erreur, c'était con! Mais maintenant il ne m'impressionnerait plus! Par contre cela ne me servirait à rien de courir encore, j'étais un peu fatigué et il ne ré-apparaîtrait pas avant tard la nuit je pense. Je sortirais de ma suite vers minuit ou onze heures. Je fronçais les sourcils frustré par ce qui venait d'arriver et pris l’ascenseur un peu irrité. Je m'étais retenu toutefois à ce que cela se voit sur mon visage.  Une fois arrivé au bon étage, je marchais dans un des longs couloirs et trouvais la porte de ma suite. J'y entrais ensuite grâce à ma clef, avant de la refermer. Je l'avais d'ailleurs claqué un peu irrité. Ne prenant pas même la peine d'apprécier la beauté de la suite, j'enlevais mes chaussures et chaussettes pour les laisser devant la porte et mettre les chaussons que j'avais trouvé. J'émis un lourd soupir, et retirais ma veste en cuir noir pour la balancer sur un des fauteuils, mais je ne suis pas sur qu'elle ait atterri sur l'un d'entre eux.

“Putain fais chier merde!”

Je pouvais enfin me laisser aller à ma frustration seul. Je n'aimais pas montrer mes émotions face aux gens, j'arborais toujours un masque inexpressif. Je me dirigeais ensuite vers la grande baie vitrée pour me calmer et regarder la ville, debout et calmement. Je l'aurais de toute façon ce yokai! Mais je n'eus pas vraiment le temps de me détendre que mes sens furent à l’affût. J'avais cru entendre un bruit... Mes sourcils se foncèrent et j'avais retirer mes mains de ma poche, prêt à tout moment à asséner un coup. Y avait quelqu'un ici?! Etant certain de ce que j'avais entendu je décidais prudemment de demander.

“Y a quelqu'un ici?”

Me dites pas qu'un intrus s'est introduit dans ma suite?!! Ben tiens manquerait plus que ça maintenant! C'est vrai qu'en plus j'étais tellement agacé, que j'avais oublié de regarder autour de moi et de faire attention à "quelques détails" certainement...




© ASHLING POUR LIBRE GRAPH'



✿*゚‘゚・✿.。.:* *.:。✿*゚’゚・✿.。.:* *.:。✿*゚¨゚✎・ ✿.。.:* *.:。✿✿*゚‘゚・✿.。.:* *.:。✿*゚’゚・✿


Akechi voice ♥- Akihide / Akechi signa'~  I want to call this red flame. But I can't. I d'on't want to be  a frozen bird in a cage. I want to see this red flower again to relight this flame. Don't be engulfed by the cold. Don't be strong for other people. Don't be what others want you to be. Don't wear that mask. Told me that weak voice. But I can't move and I just remember again and again these vague feelings about a past that my hand want to reach.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Douglas Lanteen
Humain Neutre
Masculin
Messages : 269
Date d'inscription : 09/12/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 17 Fév - 0:51

I don't make love...



Hum. C’est clairement pas de la merde, leur champagne. J’ai pas la prétention d’être un fin connaisseur et en toute honnêteté je n’aime pas suffisamment le champagne pour pouvoir vraiment me la raconter mais, tout béotien que je sois, je sens bien qu’ils n’ont pas regardé à la dépense. Si c’est comme ça dans toutes les chambres, ça a du leur coûter une telle blinde… Je repose ma flûte vide sur la table basse pour attraper la deuxième et la siroter devant les fenêtres, pensif. C’est bizarre, tout ça. Une journée gratuite dans cet hôtel de luxe pour n’importe quel quidam qui remplit un formulaire bidon, c’est déjà bien trop beau pour être vrai. Y a sûrement une arnaque quelque part. Si je m’en battais un peu les couilles jusqu’ici, j’avoue que je commence à me poser de sérieuses questions. Qu’est-ce que ça cache, tout ce cirque ? Est-ce que c’est un plan tordu pour organiser un jeu de survie ou une expérience scientifique ? Ouais non, tu délires Doug, arrête le champagne. On parle du Scarlet Palace, c’est quand même un des hôtels les plus en vue de la ville, le genre de trucs avec trouzmille étoiles qui accueille des stars et des ambassadeurs. Jamais Mr Scarlet n’organiserait un truc dangereux pour ses clients après avoir mis le paquet dans le marketing comme il l’a fait, ça ruinerait bien trop son image de marque sur la scène hôtelière. Non, ça cache sans doute autre chose. Le problème, c’est que je suis pas encore un génie ou un héros de thriller : pas moyen de deviner quoi.

Reposant la flûte en soupirant sur la table basse, je me dirige vers la salle de bain pour pisser un coup et me rincer la tronche, histoire de me rafraîchir les idées. Je ne dors pas bien, ces derniers temps. Enfin, tu me diras… au moins je dors. Pas comme au début d’année où je commençais doucement à me nécroser comme un zombie à cause des nuits blanches. Et puis qui sait ? Peut-être que poser mon cul dans des draps de soie ce soir m’aidera à trouver le sommeil. J’y crois pas trop mais on ne peut jamais prévoir. On ne peut jamais rien prévoir… Comme par exemple, ce bruit de porte qui s’ouvre et qui claque à une cloison de là, qui m’indique que quelqu’un est entré dans ma suite pour jurer comme un charretier. Complètement pris de cours, je sursaute et fais tomber le petit savon parfumé à la rose qui reposait sur le côté du lavabo. Woputain, c’est quoi ce délire ? Comment un autre a pu passer la porte alors que c’est moi qui ai la clé ? J’ai pas fermé ? Pourtant j’aurais pas du avoir besoin, c’est un système de verrouillage automatique. Assailli de questions, je ramasse la savonnette pour la reposer sur son porte-savon, dans un réflexe débile qui me trahit auprès du nouvel arrivant. Une voix sur le qui-vive retentit de l’autre côté du battant. Les mots me sortent du flou mental où j’étais plongé et j’ouvre la porte de la salle de bain pour aller voir ce qu’il en est, quelques gouttes oubliées coulant doucement dans l’échancrure de ma chemise.

« Ouais, euuuh… Salut. »

Devant la fenêtre se tient bel et bien quelqu’un. Un petit mec mince aux cheveux noirs qui lui balaient les épaules et encadrent son visage gracile, aux traits délicats. Ça pourrait aussi bien être une gonzesse, j’ai rarement vu un gars aussi ravissant. Apparemment, il ne s’est pas contenté de claquer la porte et a aussi balancé ses affaires un peu partout sur son chemin. Je peux pas trop juger comme ça, mais on dirait qu’il en a gros sur la patate. Okay. Maintenant va falloir qu’on m’explique pourquoi y a un autre gus que moi dans ma suite. Il s’est planté ? Peut-être, ce sont des choses qui arrivent. Mais dans ce cas, par quelle sorcellerie son pass ouvre-t-il ma porte ? C’est vraiment bizarre, tout ça. Tiens, j’ai pas déjà pensé ça il y a peu de temps ? En tous les cas, bien résolu à mettre fin au malentendu, je tire ma clé de la poche de mon pantalon et lui montre le numéro :

« J’veux pas te faire chier, hein… Mais c’est ma chambre, en fait. »

Sans rancune, mon p’tit père…
CODE DE PHOENIX O'CONNELL POUR NEVER UTOPIA


✿*゚‘゚・✿.。.:* *.:。✿*゚’゚・✿.。.:* *.:。✿*゚¨゚✎・ ✿.。.:* *.:。✿✿*゚‘゚・✿.。.:* *.:。✿*゚’゚・✿

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Akechi Minamoto
Humain Mauvais
Masculin
Messages : 468
Date d'inscription : 01/02/2015
Emploi : Etudiant (stagiaire dans le magasine de mode The most), garde du corps pour les yakuzas
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 5 Mar - 20:16
Chambre 103: I don't make love
morikubo showtaro voice ♥-Thanatos
En cas de soucis  dans une de mes reps dites le moi!
Hide and seek, une st valentin avec un inconnu, moi et... la recherche de la mort?! CLICK-ME




Ma question ne fut pas en vain et mon instinct me disait bel et bien qu'une personne se trouvait réellement ici. Un blond venait d’apparaître devant moi et j'eus un air surpris avant de froncer les sourcils. Bon vu sa tenue et la façon dont il me parlait je n'avais pas grand chose à craindre. Mais il me semblait un peu négligé, c'était surement l'ouverture de sa chemise et les gouttes qui me donnaient cette impression. Fin je pouvais parler avant de bosser en tant que stagiaire dans le magasine de mode, j'étais à ce qui parait carrément un peu pouilleux... Donc c'est bien pire, et puis je suppose qu'il s'était mis à l'aise... Par contre fallait qu'on m'explique ce que foutait quelqu'un dans la même suite que moi. J'haussais un moment un sourcil lorsqu'il me dit que c'était sa chambre.

Impossible que je me sois trompé , ma clef était la bonne, mais au cas où autant revérifier. Je sortis ma clef et regardais le numéro avant de lui montrer.

“J'ai aussi le numéro 103...”

Alors là c'était sacrément louche!  Pitié ne me dites pas que nous avions tous deux la même chambre?! Non c'était impossible je pense... Pourquoi un grand hôtel ferait cela? Un peu troublé je remis ma clef dans la poche de mon pantalon et pris un air plus neutre  bien que j'étais confus. Je dis alors d'un ton neutre et calme.


“ Ils ont surement fait une erreur. Je vais les voir.”


Sans attendre, je retirais mes chaussons et pris mes chaussures compensées pour les remettre. Une fois devant la porte, je tournais la clef et essayais d'ouvrir mais rien. Quoi? Comment ça? Je retirais sur ka poignée forçant un peu plus mais rien non plus. Commençant à être quelque peu irrité je tournais plusieurs fois la clef dans la serrure, mais tous mes effets se soldèrent par de grands échecs.


“Ouvre toi putain...”

Avais-je pesté un peu bas  entre mes dents serrés, un peu frustré  je me retins de donner un méchant coup de pied dans la porte blindée et retirais ma clef pour me retourner vers le blond.


“Votre clef marchera peut être... Je vous laisse essayer.”


Je m'éloignais en me disant que cet hôtel était un peu pourri quand même. Et puis je ne comprenais pas, quand j'étais rentré, j'étais certain que la porte avait fait un petit click quand j'avais tourné la clef. Signe qu'elle avait été fermée à clef et que donc la mienne avait marché... Tout ça était affreusement louche, mais je ne savais pas vraiment ce qui se tramait. Toutefois, je trouvais tout ça très louche. Je commençais à lever mes yeux bleus discrètement vers le plafond et regardais dans les alentours. Il semblait ne rien y avoir de très louche ici et tant mieux. Dans tous les cas il était hors de question que je reste enfermé ici!

De un parce que je devenais partir à la chasse contre ce Thanatos et de deux parce que ça ne me plaisait pas de rester avec un inconnu. Je détestais rester trop longtemps en présence de personnes. Ils ne me supportaient jamais très longtemps d'ailleurs. J'étais ce genre de type râleur, agressif et froid. Ce n'est pas vraiment le genre de connaissances ou d'amis qu'on souhaiterait avoir mine de rien. D'un côté tant mieux et je ne comptais absolument pas changer ces habitudes de toute façon.  

Je rangeais mes mains dans ma poche et tapotais d'un pied, l'air quelque peu impatient, voir anxieux, mais rien ne se lisait sur mon visage à part une certaine froideur naturelle. Ne me dites quand même pas qu'on est coincé ici?!  Je ne le supporterais pas... Pour une fois que j'étais seul en plus! D'habitude je devais vivre avec Adriel et Alvaro, donc je me réjouissais quelque peu de pouvoir changer d'air, toutefois il semblerait que ce jour pourri était contre moi. Ne pouvant me retenir, je commençais à me pincer l'arrête du nez avant de soupirer.

“Au pire des cas j'essayerais de la défoncer...”

L'espoir faisait vivre! Cette porte était bien blindée, impossible que je puisse la défoncer ainsi. J'étais yakuza et je faisais garde du corps, mais je n'étais pas non plus Mc Giver ou Super man... Dommage cela m'aurait beaucoup servi dans ce genre de situation! Toujours est il que je ne m'étais pas présenté, je ne lui avais même salué... Il fallait dire que ma mauvaise humeur et mon égoisme naturel, ne m'aidait pas à être très agréable, mais plutôt plus froid que d'accoutumé. Enfin bref, tant qu'on sortait d'ici c'était tout ce qui m'importait!




© ASHLING POUR LIBRE GRAPH'



✿*゚‘゚・✿.。.:* *.:。✿*゚’゚・✿.。.:* *.:。✿*゚¨゚✎・ ✿.。.:* *.:。✿✿*゚‘゚・✿.。.:* *.:。✿*゚’゚・✿


Akechi voice ♥- Akihide / Akechi signa'~  I want to call this red flame. But I can't. I d'on't want to be  a frozen bird in a cage. I want to see this red flower again to relight this flame. Don't be engulfed by the cold. Don't be strong for other people. Don't be what others want you to be. Don't wear that mask. Told me that weak voice. But I can't move and I just remember again and again these vague feelings about a past that my hand want to reach.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Douglas Lanteen
Humain Neutre
Masculin
Messages : 269
Date d'inscription : 09/12/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 11 Mar - 16:01

I don't make love...
 
 
En toute logique, mon argument est imparable. Normal. C’est la bonne clé, c’est la bonne chambre. Point barre. Imparable, donc. Sauf… si le joli cœur a la même. Quand je le vois tirer de sa poche une clé toute semblable à la mienne, avec le même bon numéro et tout, j’avoue que j’en reste comme deux ronds de flan. Okay, là ça devient bizarre. Et nous sommes du même avis si j’en juge par sa tête, bien qu’il soit plus réactif que moi. Rangeant le pass là où il l’a pris, il annonce qu’il retourne à l’accueil pour régler ce qui est sans doute une erreur. Ouais, mes prières t’accompagnent, p’tit. Moi je vais rester là à tenter de m’en remettre en finissant ma flûte de champagne. Sérieux, déjà que je me demande vraiment si j’ai pas fait une connerie en acceptant ce job de St-Valentin, pourquoi ça tombe sur moi ce genre de merde ? Vaste question. J’ai jamais eu énormément de chance, de toute façon. Et ça se confirme quand je réalise soudain que mon compagnon de chambrée imprévu galère un peu à rouvrir la porte. Un peu beaucoup, même. Intrigué, je m’approche de trois pas, recule de deux quand il donne un coup de pied dedans en lâchant un juron (ho, calme toi p’tit, ça va bien se passer…), et acquiesce sans trop réfléchir quand il suggère que ma clé marchera. Perso, j’ai un gros doute mais j’essaie quand même pour faire bonne figure.

Mes interrogations premières me reviennent en mémoire. C’est pas le premier truc que je trouve étrange depuis que je suis entré dans cet hôtel et voir la série de détails loufoques se poursuivre n’a rien pour me rassurer. Tout en bataillant à mon tour avec la serrure, serrure qui glissait nickel quand j’étais dans le couloir, j’acquière la certitude qu’il y a une couille dans le gigot. Et une grosse… Au final, comme je le redoutais, ma clé non plus n’est d’aucune efficacité et refuse tout simplement de tourner assez pour débloquer le verrou. Dans mon dos, le joli cœur s’impatiente de plus en plus et affirme même vouloir tenter de défoncer la porte. Je jette un œil par-dessus mon épaule et hausse un sourcil, en me demandant s’il a conscience d’être taillé comme un tabouret, avant de l’en dissuader. Le placage est très réussi et la déco très élégante mais le poids quand je l’ai poussée tout à l’heure ne trompe pas : y a du blindage là-dessus.

« Mauvais idée. Y a pas que du bois là-dedans, ils ont l’air d’avoir prévu le coup... »

Et ça aussi c’est ultra bizarre, en fait. De plus en plus méfiant par rapport à ce qui se passe, je recule pour aller jeter un coup d’œil aux fenêtres. Et ce que je vois ne me réjouis pas plus :

« On est beaucoup trop haut et y a pas assez de prises sur les murs. Si on passe par là, on peut dire adieu à nos cervicales…  »

Mes doigts pianotent sur le rebord de la vitre. Ça commence à devenir sacrément inquiétant, cette affaire. Tirant mon portable de la poche de mon jean dans l’espoir de, je sais pas, contacter une aide extérieure ou trouver des infos, je constate avec stupeur qu’il n’y a ni réseau ni internet. Même en tendant l’appareil aussi loin que possible au-dehors. What the… Alarmé, je reviens à l’intérieur et m’approche du téléphone près de la porte de la suite. Si on prévient l’accueil, on va bien pouvoir faire quelque chose pour nous sortir de là, non ? Ouais… J’ai un mauvais feeling avec ça aussi. Et bingo : aucune tonalité dans le combiné.

« Bordel de merde, c’est quoi ce délire ? On peut même pas appeler le service d’étage… »

Je recule vers le milieu de la pièce, me passant les mains dans les cheveux et réfléchissant aussi vite que j’en suis capable. Calme-toi Doug, respire. Rappelle-toi ce que tu t’es dit tout à l’heure. On est au Scarlet Palace, il ne peut rien t’arriver de mal. Ce serait beaucoup trop désastreux pour leur image de marque et jamais Mr Scarlet ne se mettrait à enfermer ses clients à plusieurs dans leurs chambres. Nan, il ferait jamais une chose pareille… Pourtant, plus j’essaie de m’en convaincre, plus j’ai l’impression de mettre le doigt sur un truc. Un truc qui me semble beaucoup trop gros pour être crédible mais qui est en l’occurrence juché sur le tas de détails chelous que j’ai relevé jusqu’ici. C’est d’ailleurs l’un d’eux qui m’a mis la puce à l’oreille. Les sourcils froncés dans une intense réflexion, je repose les yeux sur les flûtes de champagne abandonnée sur la table basse. Deux flûtes. Et près de la porte d’entrée, deux paires de chaussons. Et quand je retourne jeter un œil dans la salle de bain, deux serviettes de bain près de la baignoire, et deux robes de chambre en pilou ultradoux. Et comble de la blague que j’ai pas remarqué non plus en rentrant, sur la table en bois massif de la partie salle à manger de la suite, deux putains de couverts ! Nom de Dieu, c’est quand même pas ce que je crois ? me dis-je à moi-même, médusé. C’est une question rhétorique, bien entendu. Évidemment que c’est ça. Les enfoirés…

« Je crois pas que ce soit une erreur, en fait... Putain, ils nous ont sciemment enfermés à deux ici, les cons ! »

J’inspire profondément en serrant les poings, dans l’espoir de me calmer. Sans déconner les gars, vous êtes sérieux ? Nan parce que, excusez-moi Monsieur Scarlet mais, avec tout le respect que je vous dois, ce que vous faites là si c’est bien ce que je pense, et bah c’est illégal ! C’est de la séquestration, ni plus ni moins ! Et c’est pas parce que vous mettez des roses et des cœurs partout en gazouillant que c’est pour la St Valentin que ça en fait moins un crime pour autant ! Sérieusement, vous êtes bourré ou quoi ?! J’ai vraiment envie de savoir combien de boulons vous avez fondus au total pour en arriver à cette idée de malade ! Vous croyez vraiment que je vais roucouler avec le joli cœur qui frappe le mobilier juste parce qu’on est enfermé ici, dans un cadre sympa avec du champagne hors-de-prix ?! Bon Dieu d’enfoiré… Si je sors d’ici, croyez-moi sur parole quand je vous dis que non seulement je vais tout balancer à la presse et aux flics, mais qu’en plus je vais vous traîner en justice par la peau du fion pour m’avoir pris pour un hamster, si luxueuse soit la cage ! Mais toute cette diatribe reste à l’état de monologue intérieur. C’est pas le moment de paniquer. C’est le moment d’avoir des bonnes idées et de trouver un moyen rapide et efficace de sortir d’ici. Et pour ça, je me tourne vers « l’âme sœur » qu’on m’a collé dans les pattes (ptain, mais j’vous jure…) pour demander avec résolution :

« Bon. On fait quoi ? »

Que ce soit pas toujours au même d’utiliser son cerveau, un peu. C’est d’ailleurs à peu près à ce moment-là que je réalise que je sais toujours pas comment il s’appelle, en fait…
CODE DE PHOENIX O'CONNELL POUR NEVER UTOPIA



HRP:
 

✿*゚‘゚・✿.。.:* *.:。✿*゚’゚・✿.。.:* *.:。✿*゚¨゚✎・ ✿.。.:* *.:。✿✿*゚‘゚・✿.。.:* *.:。✿*゚’゚・✿

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 5
Date d'inscription : 05/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 12 Mar - 21:30

La porte s'ouvre brusquement et un plat de nouille arrive à votre chambre. Le temps de le déposer sur un chariot et la porte de la chambre se referme rapidement. Sur le plateau, un mot y est laissé :

''Bien le bonsoiiiir chers clients ~

Je suis heureux de vous accueillir ici ce soir ! Pour vous montrer ma générosité, je vous offre ce plat de nouille ! Faites moi plaisirs et mangez le à deux, ah et pas besoin de couvert si vous voyez ce que je veux dire ~

Bon appétit !

Mister Scarlet."
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dear Hybride :: 
Londres
 :: Centre Ville :: Les ruelles :: Scarlet Palace
-
Sauter vers: