Cliquez sur la barre et utilisez les flèches du clavier ou scroll afin de faire défiler

News

07/10/2017 — Fermeture du forum

Top Site

Effectifs

10 Humains B.| 8 Humains N.| 10 Humains M.| 3 Hybrides D.| 18 Hybrides N.| 9 Hybrides S.

Prédéfinis Importants

Shout box Invités ↓

©linus pour Epicode
Déroule-moi



 

 :: 
The most important
 :: Your character :: Validated :: Humain Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

No more need for the old empire ~

avatar
Messages : 54
Date d'inscription : 10/01/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 20 Avr - 17:08
feat Galahad Woehor de GANGSTA
Mordred Finnegan
Nom ☀ Finnegan
Prénom ☀ Mordred, Leroy (ses parents ne manquaient pas d'humour...)
Âge ☀ 39 ans
Nationalité ☀ Anglais par le sol ; Irlando-américain par le sang
Sexe ☀ Masculin
Sexualité ☀ Asexuel
Groupe ☀ Humain Bon (herm…)
Rang ☀ ///
Métier ☀ Officiellement, il tient un pub nommé The Round Table. Officieusement, il dirige la pègre locale avec ses frères. Dans l’ombre, il gère la plupart des trafics du district de Kernwall, dans le Quartier Nord : drogues, prostitution, recel… et trafic d’hybrides. Et oui…
Statut social ☀ Simple homme du peuple...
Particularité ☀ Mordred a besoin de moins de sommeil que le commun des mortels. Six heures par nuit et quelques micro-siestes de dix minutes par-ci par-là lui suffisent pour être parfaitement opérationnel. S’il se lève après 7h30, il a mal au crâne et la tête dans les choux toute la journée…


PHYSIQUE
Taille : 198 cm
Poids : 115 kg
Yeux : Noirs
Cheveux : Brun foncé
Peau : Café au lait
Date de naissance : 6 mai 2012
Signes astrologiques : Taureau, Dragon
Signes particuliers : Dix piercings répartis sur les oreilles, la lèvre, la narine et l'arcade gauche.
Groupe sanguin : O+

Donneur universel, si c’est pas malheureux…

Je suis le genre d’homme que vous ne ratez pas, ne serait-ce que parce que je vous dépasse de deux têtes et vous rend facilement une cinquantaine de kilos. Je suis l’immense silhouette taillée en « V » que vous ne verrez pas dans les magazines. Ma plastique n’a rien de clinquant. Elle est aussi rude que mes phalanges abîmées et mes poings de titan. C’est le genre de muscles compacts qui s’endurcit sur le tas parce que dans ce milieu, la forme et le fond doivent aller de paire. Si tu veux être l’alpha de la meute, tu dois en imposer non seulement parce que tu as l’air de pouvoir fracasser tes adversaires à mains nues, mais aussi parce que tu n’en as pas seulement l’air : tu le fais quand le besoin se présente.

Je porte sur tout mon corps les stigmates du métissage. Entre deux continents, entre celui que je suis et celui que j’étais, entre le Fils, le Frère, le Boss, et entre deux versants de la Légalité. Des yeux sombres et des dreadlocks mi longues, rasées sur les tempes, issues en droite lignée des noirs ancêtres paternels pour contrepeser l’héritage irlandais : les reflets auburn et la peau plus claire, parsemée de cicatrices et de quelques impacts de balles. Père et mère se mélangent sur mon visage mais dans mon cas, maman a gagné. Le visage large, les pommettes hautes, le menton volontaire, c’est de son côté qu’ils viennent. La bouche charnue et le nez busqué, c’est un cadeau de papa. Les piercings, l'amour des beaux costumes et des bons cigares, c’est un goût personnel. Les cernes, les traits marqués et la ride du lion, c’est le tribut du temps. Le sourire débonnaire et les mouvements de mes grandes mains quand je parle, c’est pour les flics et les braves gens. Le regard incisif, la voix caverneuse et la stature d’iceberg, c’est pour le boulot. Les silences pensifs qui n'ont pas besoin de mots pour être compris, c'est uniquement pour mes frères. Pour vous, je n’ai rien à offrir. Le donneur universel me fait toujours bien rire...


PSYCHOLOGIE
Que les choses soient claires : je ne vous aime pas. Ça se voit peu, je fais profil bas, mais c’est bel et bien le cas.

Au premier abord, vous ne pourriez en juger. Malgré mon physique qui impressionne souvent, je n’ai rien de brutal. Calme et posé, doux et distingué, mielleux, patient et cultivé : en général, vous passez de bons moments en ma compagnie. Moi-même ne déteste pas la vôtre, du moins pas complètement. C’est toujours intéressant. Les chemins détournés que prennent les pensées m’amusent, et aussi la bêtise et l’aveuglement. Pour ça je suis servi, vous en êtes tous remplis chacun à sa façon. Et si j’en ris autant c’est que je n’ai aucunement la prétention de me croire meilleur.

Perfide et cynique, je ne crois plus en l’humain depuis des années à part pour sa tendance à se vautrer toujours plus loin dans sa propre crasse. J’observe cette débauche et la commente avec une insolence qui souvent vous offusque. Ma froideur moqueuse vous déplaît au moins autant que mon sourire railleur et la façon dont je me joue de toutes vos contradictions. Ça fait aussi partie du job : on ne dirige pas la pègre, même d’un petit quartier, sans manipuler, menacer, amadouer un minimum ceux qui nous suivent ou ne nous suivent pas. Mais je mentirais si je ne disais pas que j’y suis assez bon parce que ça me plaît. Soyez indulgents. C’est distrayant de vous voir vous débattre. Ne m’en veuillez pas trop de vous passer la corde au cou, et de serrer. On a tous nos faiblesses et chacun son talent.

À côté de ça, je ne me mets pas en colère. Vous pouvez m’ennuyer, m’agacer, avoir le malheur d’entrer dans mon collimateur mais faire pire est hors de votre portée. De manière générale, peu de passions m’atteignent. Je ne suis pas insensible mais je garde mes sentiments en laisse et nombre d’entre vous feraient bien de s’en inspirer. Ce que je fais est réfléchi, calculé, soigneusement ajusté pour rapporter le double, peu importe la mise de départ. Je n’agis que quand je peux y gagner mais je n’ai pas peur de donner de ma personne en retour, et je viens également de résumer ma vie sexuelle avec cette explication. Je ne vous désire pas. Qui que vous soyez, vous me laissez froid. Mais comme tout en ce monde est affaire de sexe, sauf le sexe qui est affaire de pouvoir, je peux m’y livrer quand le pouvoir l’exige. Ou simplement pour le plaisir de vous humilier encore un peu. Ce n'est pas un portrait flatteur, mais la réalité ne l'est pas souvent. Histoire de sauver les meubles, j’ai le sens de l’honneur et de la famille. Mes frères sont les seuls à échapper à mon mépris, dans une maigre mesure, parce que nous avons la chance de partager un double lien de sang : nés du même utérus et régnant sur le même royaume, bâti conjointement. Je n’irai pas jusqu’à dire que je leur fais confiance parce qu’il faut vraiment être fou pour se fier à qui que ce soit. Mais disons que je connais leur valeur mieux que personne et que j’apprécie de l’avoir à portée de main.

Vous l’avez compris, je ne vous aime pas mais ça va plus loin que ça. Sans même prétendre à mon indifférence, vous pouvez remporter haut la main mon mépris si vous faites partie de ces humains méprisables qui se pensent supérieurs aux hybrides, sans même réaliser que vous êtes égaux en esprit comme en médiocrité. Le barbare, c’est d’abord celui qui croit à la barbarie. Et sous vos dehors civilisés, vos costumes bien repassés, toutes vos grandes théories et vos illusions confortées, vous êtes bien plus sauvages que vos asservis. Plus lâches et plus absurdes, aussi. La condescendance et la cruauté que vous justifiez par quelques attributs différents des vôtres ne vous sert qu’à oublier la poussière que vous êtes à l’échelle de l’univers, ou même de la planète qui n’a besoin d’aucun de vous pour tourner. Ça vous fait peur d’être inutile, contingent, vide de sens et futile, alors vous vous vengez sur votre prochain sous un prétexte fallacieux. Vraiment, vous me rendez malades. Au point que j’en viens presque à estimer ceux qui se soulèvent contre vous, ces terroristes à fourrure qui réclament le cadeau si bien empoisonné de la liberté. C’est tout aussi stupide au fond. Si vous vouliez vous battre, il fallait le faire avant, quand vous aviez encore une chance de lutter à armes égales. Vous avez l’air fin, maintenant. Mais au moins vous bougez, vous donnez des petits coups de pieds dans la fourmilière de l’ordre établi. Et moi, ma loupe à la main, j’avoue que je pourrais vous regarder des heures.

Que les choses soient bien claires : je ne vous aime pas. Mais vous me distrayez tant que je ne peux pas me passez de vous.


HISTOIRE

And the angel of the Lord led me
Into the belly of the holy mother
A chamber black as pitch
But I felt no fear, only comfort,
For I was as a child in the womb


Vous vous en doutez, ce n’est pas une belle histoire
Que je vais vous raconter. Non.
Quand son héros se nomme Mordred, ça peut rarement bien se finir. Pourtant
Elle commençait bien. Presque bien
Dans le quartier de Kernwall
Où se place notre scène
Un district miteux dans le Quartier Nord
Mes parents s’aimaient, du moins je le suppose.
Il faut au moins de l’Amour
Une bonne grosse dose
De cette chimie tant fantasmée
Qui nous pousse à procréer
Pour qu’une irlandaise et un afro-américain
Un noir, si vous n’aviez pas saisi
Aussi pauvre l’un que l’autre dans une société
Encore sceptique quand au « mélange des races »
Restent ensemble assez longtemps pour engendrer trois fils
Et ouvrir une épicerie
Pas nécessairement dans cet ordre d’importance.

Au milieu, Galahad
Le Bon, le Juste, le plus méritant des chevaliers parait-il.
Peu décidé à trouver le Saint Graal, ça je l’admets
Mais solide et fiable, et assis à ma droite
Ce qui n’est guère une bonne chose
Dans l’absolu, mais me profite à moi.
Ensuite, bien après, Perceval
Le Fou, le Naïf
Le Tout Petit Frère qui ne sait pas où japper.
Prend pour des anges les costumes trop clinquants
Et envoie bouler sa chance à force de nous suivre.
Personnellement, il me fait rire
Tant qu’il n’est pas dans mes jambes.
Et au poste d'Aîné
Moi.
Mordred.
La Fausse Note.
Le Traître et le Perfide
Qui tua le Roi Arthur
Son père et oncle à la fois.
Le garçon qui n’aimait pas les autres
Dans la cour de l’école
Et restait assis
Avec des livres
Complètement ivre
De la bêtise de ses semblables.
Avec un début pareil
Qu’espérez-vous encore ?



There appeared before me a heavenly star
A holy virgin, the bringer of life and breath
And she spoke unto me saying
"Fear not the movement of the heavens above or the earth below
For change is what we are, my child.”


Je n’ai pas tué mon père
Je n’ai pas tous les torts non plus
Surtout à douze ans.
Il a seulement disparu
Percy le croit parti
Moi je pense qu’il est mort
Et qu’on ne le reverra pas.
Ma mère aussi, même si elle ne le dit pas.
C’est ce qui se passe dans ce quartier
Quand on tient une épicerie à Kernwall et qu’on doit de l’argent
À un plus gros poisson que soi
En faisant l’erreur de se croire assez fort
Avec juste son honnêteté. Pitoyable.
Que voulez-vous ? La chevalerie est dépassée.
Les armures restent au placard et les épées
Rouillent sur les murs
Mais les calibres et le Vice
Ça ne se démode pas.
C’est même tout ce qu’il y a
Dès le berceau, on a les pieds dedans
Dans le coin.

Je ne vais pas tout détailler.
Vos vingt lignes, vous les avez.
Le supplément coûtera cher et
De toute façon, vous connaissez l’histoire.
C’est celle de tous les enfants qui regardent des gangters
Depuis leur fenêtre
Et rêvent de beaux costumes, d’argent facile
De pouvoir.
C’est bien plus simple que vous ne le croyez
Surtout quand les malfrats bien habillés passent chaque semaine
Votre porte, pour extorquer à votre mère l’argent de son épicerie.
Le bon mot au bon moment
Et hop
Vous basculez, même si objectivement vous n’avez pas encore l’âge de
Vous raser tout seul.



Change, my child
Change is in the heavens
Change is on this earth
Change is all around us
And if we are reflections of the divine
We must roll with these changes,
For we are these changes.


Gal’ dit que c’est lui
Qui a commencé. Je laisse couler.
Il n’y a qu’une goutte de mensonge
Je lui octroie ce privilège
Comme un bon frère aîné.
En vérité, on a rejoint les rangs
Et gravi les échelons
En même temps.
Percy, lui, était trop petit
Il n’est arrivé qu’une fois qu’on a été
Bien installés
Qu’on n’était plus de simples coursiers
Mais de vrais hommes avec un gun
Avec un nom
Avec du cran.

Vous savez
Comment se passe la montée.
Ne faites pas semblant.
Vous en rêviez petits
Devant la télé
Les Henry Hill, les Tony Montana, les Michael Corleone
Tous ces bad guys débordant de classe
Qui démarrent de rien et finissent au sommet.
Et bien nous, on l’a fait.
Mon frère et moi
En famille, c’est plus facile
De prendre la tête du convoi
D’évincer les uns, de supprimer les autres
De plaire aux grands patrons et de défourailler
En rythme, quand il y a besoin.
La famille, c’est toujours plus vendeur.
Et puis c’est plus racé
Dans les faits
Quand tu dis que tu bosses
Pour les frères Finnegan.
Et ouais.



And when the doom comes down, my child,
You will be there,
A true and holy survivor
To inherit the kingdom of God.


Ça ne s’est pas fait en un jour
On n’est pas des surhommes.
Non non, des années pour en arriver là.
Vingt-cinq, des tous débuts à maintenant
Bon sang
Ça ne me rajeunit pas.
Le temps pour nous de lâcher complètement les études
Parce qu’on est trop occupés
À se tatouer la peau pour couvrir les cicatrices et
À toucher le jackpot
Recel, tapin, trafic de stup’
Et d’êtres humains
J’ai failli être médecin
Mais dans le quartier, ça ne pardonne pas.
C’est à temps plein
Rester honnête, c’est bon pour le petit dernier
Celui qui voudrait nous suivre et se cramponne à nos jambes
Aussi sûrement que Maman
Se cramponne à lui.
Elle ne nous parle plus beaucoup
Je ne lui en veux pas. Nous ne sommes plus vraiment
Des gens fréquentables et elle a bien raison
Si Papa nous voyait, il serait heureux d’être mort
Parce que pour nous c’est pareil que s’il était en vie.
Ça ne changerait rien, si vous n’aviez pas saisi.
Enfin, pour faire semblant
On a repris l’épicerie.

C'est Percy qui la tient.
Il n'a pas d'autre repaire, il est encore trop petit
Même s'il approche des trente ans
Il va et vient encore, sans décider vraiment
Si ça vaut le coup d’être un « méchant ».
Nous, on ne se bile pas, on l’attend
Dans le pub qu'on a ouvert dans le quartier
de Kernwall
Il s’appelle la Table Ronde et
Je trouve la blague drôle.
C’est là qu’on gère toutes les affaires,
Qu’on met toutes nos casquettes
De maquereaux, de mafieux, de truands.
Si tu passes dans le coin, dis-toi que
Fatalement, tu passes entre nos mains.
Ça fait deux années maintenant
Qu’on est les maîtres du quartier
À 39 ans, pour ma part
Il était plus que temps.
Et toi tu le sais, si tu as l’habitude de ces coins de rues.
Entre le sous-sol et l’étage
De la Table Ronde
Tu trouves tout ce qu’il y a de plus beau.
Tu connais la chanson
Quand tu entres chez Mo’.

Si tu veux un calibre ou une pinte de bière
Cacher un magot
Ou un sachet de poudre
C’est chez nous que tu viens.
Si tu veux tâter de la chair fraîche aussi
Après tout, c’est une tare comme une autre et tu n’es pas parfait
Encore heureux pour mon porte-monnaie
Si tu cherches de l’hybride
Introuvable en magasin
C’est chez nous que tu viens
Pas que ça m’enchante, ça me dégoûte même bien
Et je ne te cache pas
Que tu me soulèves le cœur à te croire supérieur
Quand tu achètes une gamine qui pourrait être ta sœur
En te disant que ça passe
Parce qu’elle a de la fourrure



Go now, child,
Tell them all.
The ignorant, the blind fire of dogma,
Blinded by faith, the doubters, the nay sayers
Tell them all, child,
They can not see
The kingdom of God,
They can not see paradise
Unfold before them
Until they get them right with the World…


Je pourrais te dire
Sur tous les tons
La vermine que tu es derrière tes œillères
À rabaisser ton semblable pour oublier que tu es
Au même niveau, au fond du trou, juste à côté
Dans l’Evolution
Mais je me fatiguerais pour rien
Après tout tu es humain
Et par définition
Méprisable
Lamentable
Détestable
Et contagieux, histoire de faire suer jusqu’au bout.
À ce tarif, j’aime autant que
Tu l’achètes chez moi, ton hybride mineure
C’est contre mes principes mais au moins, mes ulcères
Je ne les dois qu’à moi-même
Et ça évite qu’un autre s’en charge à ma place
Au moins c’est du maison
Du travail bien fait
Une affaire de famille
De l’argent qui file droit
Alors bienvenue, Chevalier
Garde l'épée au fourreau
Tu connais la chanson
Quand tu entres chez Mo’...



PSEUDO

Pseudo ☀ Cooniz
Âge ☀ 25 ans, yeow !
Comment es-tu arrivé ici ? ☀ J'ai éternué et pouf ! J'étais réinscrit °^°
Un petit mot ? ☀ Les paroles en italique sont issues du morceau Sour Grapes de Puscifer. J’ai conscience que la narration de l’histoire est étrange, je voulais tester de nouveaux trucs. J’espère que ça vous conviendra quand même :3

Spéciale Kassdédi à toi, Lacène : Je suis là pour être ton arch ennemy >8D


© ASHLING POUR EPICODE



✿*゚‘゚・✿.。.:* *.:。✿*゚’゚・✿.。.:* *.:。✿*゚¨゚✎・ ✿.。.:* *.:。✿✿*゚‘゚・✿.。.:* *.:。✿*゚’゚・✿

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Zayn J. Lowell
Humain Mauvais
Race : Gentleman ♥
Masculin
Messages : 1657
Date d'inscription : 04/01/2015
Age : 33
Emploi : PDG entreprise technologique
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 20 Avr - 17:37
Bienvenue! ^^ Enfin re-bienvenue plutôt ^^ Tu m'intrigues déjà avec la mise en page de ton histoire ** J'ai hâte de voir la suite et de lire tout d'une traite ^^

Petit détail par contre que je te signale déjà >< Au niveau de ton feat et de ton âge ça ne match pas >< Il parait beaucoup trop jeune pour son âge >< Il aurait au maximum vers 25 ans comme ça '^' Voili voilouu ~ Bon courage pour la suite de ta fiche en tout cas ^^

✿*゚‘゚・✿.。.:* *.:。✿*゚’゚・✿.。.:* *.:。✿*゚¨゚✎・ ✿.。.:* *.:。✿✿*゚‘゚・✿.。.:* *.:。✿*゚’゚・✿




He's a winner 'cause it's in his blood. Ain't nobody whose out there like him. Soft talking. He does it good. Ladies call him The Candy Gentleman. They want his love. He's the only one that's really cool. He's really cool. How could I forget that I had given her an extra key. All this time she was standing there. She never took her eyes off me. That's the reason why he's winner. You need to be smart, seductive and rich to have power.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 54
Date d'inscription : 10/01/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 20 Avr - 17:41
Merci merci, ton accueil me va droit au coeur ^///^

Aaaaaw, j'ai tenté, j'ai loupé. Tant pis, j'avais un joker en prévision x)

✿*゚‘゚・✿.。.:* *.:。✿*゚’゚・✿.。.:* *.:。✿*゚¨゚✎・ ✿.。.:* *.:。✿✿*゚‘゚・✿.。.:* *.:。✿*゚’゚・✿

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nath
Hybride Neutre
Messages : 74
Date d'inscription : 25/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 20 Avr - 18:27
Re bienvenue, ton personnage a l'air super *-*, j'ai hâte de lire la suite et surtout bon courage.

✿*゚‘゚・✿.。.:* *.:。✿*゚’゚・✿.。.:* *.:。✿*゚¨゚✎・ ✿.。.:* *.:。✿✿*゚‘゚・✿.。.:* *.:。✿*゚’゚・✿

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 54
Date d'inscription : 10/01/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 20 Avr - 18:44
Merci beaucoup Nath ! Ça me fait plaisir ^///^ Je me dépêche de finir tout ça ;)

✿*゚‘゚・✿.。.:* *.:。✿*゚’゚・✿.。.:* *.:。✿*゚¨゚✎・ ✿.。.:* *.:。✿✿*゚‘゚・✿.。.:* *.:。✿*゚’゚・✿

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Diana A. Clive
Humain Mauvais
Messages : 378
Date d'inscription : 22/03/2015
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 25 Avr - 21:48
Re-bienvenue! Courage pour la suite de ta fiche!
J'adore ton prénom, Mordred **

✿*゚‘゚・✿.。.:* *.:。✿*゚’゚・✿.。.:* *.:。✿*゚¨゚✎・ ✿.。.:* *.:。✿✿*゚‘゚・✿.。.:* *.:。✿*゚’゚・✿

♥:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 54
Date d'inscription : 10/01/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 26 Avr - 0:06
Merci beaucoup, Yukine ! Et oui, s'appeler comme le bâtard du Roi Arthur, c'est classe même si ce n'est pas franchement bon signe XD

Et sur ce, j'ai fini ma fiche ! J'espère qu'elle ne vous donnera pas trop de soucis ^^

✿*゚‘゚・✿.。.:* *.:。✿*゚’゚・✿.。.:* *.:。✿*゚¨゚✎・ ✿.。.:* *.:。✿✿*゚‘゚・✿.。.:* *.:。✿*゚’゚・✿

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lysander D. Clive
Brigade Mauvais
Messages : 360
Date d'inscription : 12/09/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 28 Avr - 21:09

Tu es validé(e)! Bravo!



☆  Je n'ai rien à redire sur ta fiche ~ J'ai beaucoup aimé lire ton histoire! J'aime la façon dont tu l'as écrit ** Bref, je te valide ♥



Tu peux dès à présent:

☆ Recenser ton avatar ICI !
☆ Si tu es un humain, vas demander une habitation ICI
☆ Tu peux aller si tu veux faire ta fiche de lien ICI !
☆ Si tu es un double compte, vas recenser ton compte ICI
☆ Si tu fais partie de la Brigade, vérifies ton ou tes attributions ICI ainsi que le bureau qui t'est donné ICI.
☆ Et si tout est en règle, tu peux aller poster une demande  de maître/hybride ICI ! (attention, les hybride sauvages ne peuvent pas faire de demandes de maîtres!)

L'on te souhaite une bienvenue officielle et amuse toi bien parmi nous sur Dear Hybride ! ♥

(c) Fiche par Calys de L.Graph'



✿*゚‘゚・✿.。.:* *.:。✿*゚’゚・✿.。.:* *.:。✿*゚¨゚✎・ ✿.。.:* *.:。✿✿*゚‘゚・✿.。.:* *.:。✿*゚’゚・✿



Merci Zayn pour le kit ♥

Merci Kim ♥:
 


Merci Liam ♥ :
 


Clubs:
 

Merci Zayn ~:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dear Hybride :: 
The most important
 :: Your character :: Validated :: Humain
-
Sauter vers: