Cliquez sur la barre et utilisez les flèches du clavier ou scroll afin de faire défiler

News

07/10/2017 — Fermeture du forum

Top Site

Effectifs

10 Humains B.| 8 Humains N.| 10 Humains M.| 3 Hybrides D.| 18 Hybrides N.| 9 Hybrides S.

Prédéfinis Importants

Shout box Invités ↓

©linus pour Epicode
Déroule-moi



 

 :: 
Londres
 :: Centre Ville Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Fuel to fire, baby... [Ash Keynes]

avatar
Douglas Lanteen
Humain Neutre
Masculin
Messages : 302
Date d'inscription : 09/12/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 7 Mai - 12:06

Fuel to fire, baby...
   
   

« Eeeeet, au p’tit nouveau dans l’équipe ! Santé, Doug ! »
« Attention, hein : tu feras vraiment partie de l’équipe que quand t’auras posé à poil ! »
« Merci les gars, c’est sympa… »


Dans la lumière vive des spots, les verres se soulèvent et teintent en chœur. Un peu d’alcool me coule sur la main. Je bois la première gorgée de concert avec tout le monde, un sourire distrait aux lèvres, bien disposé envers toutes les plaisanteries dont on me gratifie en tant que petit dernier de la bande. C’est rien de bien méchant, en plus. Et puis pour être franc, c’est le cadet de mes soucis. En fait, j’arrive toujours pas à réaliser ce que je fais là, mais ma vie est un tel vaudeville en ce moment que je commence à avoir l’habitude...

Je n’y pensais quasiment plus, alors que c’est quand même une des crasses les plus putassières qui me soit tombé dessus depuis le début de l’année, mais ma mésaventure de la St Valentin s’est rappelée à mon bon souvenir, y a environ deux semaines. Akechi, le Valentin vénère qu’on m’a imposé ce jour-là et avec qui on a fini relativement soudé pour se sortir de la galère, m’a rappelé un matin alors que j’étais encore entre le café et le pain à me demander comment j’allais me sortir de mon chômage. Pour me proposer du taf. Comme mannequin. Ouais nan, moi non plus j’ai rien bité sur le coup. Mais ouais, une fois que j’ai réussi à connecter tous mes neurones, c’était bien ça : l’agence de mannequinat où il travaille avait besoin d’un gars en urgence, n’avait personne de dispo et Akechi s’est souvenu de moi en se disant que je pourrais faire l’affaire. Perso, je vois pas vraiment sur quelle base il a pu se forger cette opinion pendant la journée où on a été coincé ensemble dans cet hôtel, mais j’aurais été idiot de cracher dessus. J’ai accepté. J’étais absolument pas persuadé de faire l’affaire mais après tout, je n’aurais peut-être pas deux fois dans ma vie l’occasion de tenter une telle expérience alors je me suis pointé à l’agence pour passer le casting vite zef. Et, putain, j’ai été pris. J’en reviens toujours pas. On m’a déjà dit que j’étais beau mec et j’avais intégré le fait sans trop de prétentions mais j’ai jamais pensé que j’avais plus de charisme que les autres, ou en tout cas assez pour faire un métier pareil. Pourtant, maintenant que je bois un coup avec quelques autres mannequins de l’agence pour fêter mon premier contrat, je suis bien obligé de me faire à l’idée. Au fond, c’est aussi bien. Ça m’évitera de trop tourner en rond chez moi. Et puis ils sont sympas, pour la plupart.

Pour l’occasion, ils m’ont emmené dans une boîte branchée du centre ville où je n’avais jamais mis les pieds. Le Blue Lagoon. Je suis bien content qu’ils aient choisi celle-là parce qu’elle porte bien son nom : l’éclairage est fait principalement de spots bleus et d’effets aquatiques qui donnent l’impression d’être sous l’eau et je peux voir en couleur presque tout ce qui m’entoure. C’est agréable pour une fois, même si ça me rend un peu triste aussi. Je fais tout ce que je peux pour le cacher aux autres alors que je me lève pour retourner faire les réserves. Ça me rappelle la première fois où je suis allé à l’aquarium, avec Tom. Et c’est encore douloureux de penser à Tom. Me frayant un chemin entre les danseurs jusqu’au bar, je commande un autre Sexy Blue Box. Le troisième de la soirée, la tequila commence à me monter un peu à la tête. Jetant un œil vers la table basse où je me trouvais avec les gars de l’agence, je m’aperçois que plusieurs d’entre eux sont partis danser et que ceux qui restent discutent avec animation. Parfait, on ne fera pas trop attention si je tarde à revenir. Je m’accoude contre le bar, les yeux fixés sur la foule des danseurs au centre de la pièce, dans la lumière bleue des spots. Je n’aurais pas du repenser à cette histoire d’aquarium. De fil en aiguille, ça me rappelle des tas de souvenirs douloureux. Tom me manque. Je n’en avais pas vraiment conscience jusque là, mais ça me fait mal de me dire que son sourire, sa voix, ses mains caressantes dans mes cheveux ou la douceur élégante de ses baisers ont disparu de ma vie. J’aimerais savoir ce qu’il devient mais je n’ose pas l’approcher à nouveau. Je ne ferais que lui faire plus de mal. Pourtant, j’aimerais savoir s’il va bien, si sa fille va bien, s’il a réussi à se relever de cette rupture. Si je pourrais le revoir un jour, si j’ai vraiment bien fait de partir, de le quitter pour elle. Elle…

Je bois une grande gorgée rageuse de mon cocktail. Non putain, j’ai pas envie de penser à elle. C’est aussi de sa faute si ma vie part en couille, même si c’est d’abord moi qui suis le dernier des cons. Sérieusement, pourquoi je m’obstine à courir derrière cette nana avec tout ce qu’elle me fait subir ? Je le vois bien que ça lui plaît de me repousser, m’humilier, de me faire payer encore et encore mes erreurs passées en sachant très bien que je continuerais de revenir. Ça lui plaît tellement qu’elle persiste à nier que je fais encore partie de sa vie, que j’ai toujours ma place gravée sur chaque parcelle de sa peau. Putain, c’est vraiment ça qui me met en rage en fait. Ce soir plus que les autres soirs, alors que ça fait déjà un moment que j’ai tourné malgré moi dans sa saloperie de clip. Peut-être parce que je l’ai vu tout récemment, sur une télé de la salle de pause à l’agence aujourd’hui. Ça m’a rappelé tout ce qui s’est passé ce jour-là, tout ce que j’ai ressenti. La colère, la rancœur, le désir, la frustration, pleins d’autres trucs que j’oublie sûrement… Voir tout ça résumé à un de ses clips vulgaires et dégradants m’a filé la gerbe. Je lui en veux de m’avoir entraîné là-dedans. Ouais, je crois que c’est ça qui me fouraille les tripes et je prends soudain une résolution rageuse, accoudé à ce putain de bar. Ce soir, je vais l’oublier. Comment, avec quoi, avec qui, j’en sais rien et je m’en cogne sévère. Mais j’en ai marre de ne penser qu’à cette garce. Et c’est juste alors que j’arrête ma décision que je reçois un coup de pouce du destin : descendant un peu trop vivement du tabouret de bar où je m’étais vissé, mon verre à demi-plein à la main, et je bouscule l’épaule d’un type juste derrière moi. Le Sexy Blue Box finit pour moitié sur ma chemise et pour moitié sur son bras gauche.

« Merde ! J’suis vraiment désolé, je t’avais pas… »

Je m’interromps. Un éclat de surprise passe dans mon regard quand je réalise que ce visage ne m’est pas inconnu. Un sourire étire mes lèvres quand je me dis que, connu ou pas, je croquerais bien un bout de ce que je vois. Je dois vraiment être dans un sale état pour me dépraver de la sorte…

« Salut… »
CODE DE PHOENIX O'CONNELL POUR NEVER UTOPIA


✿*゚‘゚・✿.。.:* *.:。✿*゚’゚・✿.。.:* *.:。✿*゚¨゚✎・ ✿.。.:* *.:。✿✿*゚‘゚・✿.。.:* *.:。✿*゚’゚・✿

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ash Keynes
Humain Neutre
Messages : 71
Date d'inscription : 24/03/2015
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 7 Mai - 14:53
Rien n'allait plus. Depuis le retour d'Heyden, je trouvais que l'ambiance dans la villa était insupportable. Même électrique. Oui, c'est le mot juste. Je ne supportais plus notre leader et parfois j'avais même l'envie de lui mettre mon poing dans la face pour qu'il se réveille. En bref, c'était comme un retour à la crise d'adolescence, sauf qu'on avait tous passé l'âge.
Après cette journée qui n'en finissait pas, j'avais décidé de prendre l'air. Sortir, penser à autre chose, oublier. J'avais songé à m'éloigner de la ville, mais ça allait prendre du temps et demain je serai occupé dès la matinée. Donc ça n'allait pas. Les mauvais quartiers de la ville, je n'y allais plus depuis que j'en étais vraiment sorti. Et y repenser me faisait serrer les dents. C'était Heyden qui m'avait sorti de là puis maintenant ce type veut seulement des rapports professionnels. La blague. Juste une vaste blague.
Je me dis alors que pour oublier, il y avait la boisson. Je pouvais trouver un endroit où me vider la tête et m'amuser. Ça pouvait se faire.

Le Blue Lagoon fut alors l'endroit où je me rendis. C'était déjà mouvementé quand j'arrivais, autant sur la piste que près des tables. Je me rendis au bar. Alors que j'y arrivais, un homme renversa sa boisson. Pour ma chance, seul mon bras fut arrosé, heureusement que j'avais des manches courtes. Par contre, à l'autre, c'était sa chemise qui avait trinqué. Le blond commença à s'excuser, stoppant sa phrase au plein milieu, phrase que je continuais alors pour lui.

-...Vu, oui, j'ai remarqué, c'est rien.

J'avais goutté le liquide mon bras. De mes doigts, j'avais 'raclé' un peu pour porter le liquide a mes lèvres. Il était vraiment pas mauvais. Le jeune homme repris apparemment ses esprits en me saluant. Je lui souris, me disant que j'avais trouvé un ami pour la soirée.

-Ça te dis de me payer ce cocktail pour te faire pardonner ? Tu pourras t'en reprendre un aussi par la même occasion. Au fait, c'est quoi ton nom ?

Lui avait eu l'air de me reconnaître, ou à peu près. Par contre, il ne me disait pas grand chose...

✿*゚‘゚・✿.。.:* *.:。✿*゚’゚・✿.。.:* *.:。✿*゚¨゚✎・ ✿.。.:* *.:。✿✿*゚‘゚・✿.。.:* *.:。✿*゚’゚・✿


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Douglas Lanteen
Humain Neutre
Masculin
Messages : 302
Date d'inscription : 09/12/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 8 Mai - 17:53

Fuel to fire, baby...
 
 

Ma chemise est mouillée, bonne pour la machine et me fraîchit le torse mais ça à la limite, ça ne devrait pas durer. Il faut chaud au Blue Lagoon et pour l’instant, je ne me soucie de personne d’autre que du jeune homme que je viens d’arroser. À vue de nez, il mesure une tête de moins que moi, mais c’est assez courant avec la grande perche que je suis. Athlétique et délié, cheveux sombres, peau basanée pourvu d’un long tatouage qui serpente sur son bras et disparait dans la manche de son t-shirt. Pas mal. Ses traits sont réguliers et fins, le genre à plaire aux adolescentes mais avec quelque chose de franc et d’incisif qui n’a rien de désagréable. Je ne peux pas dire la couleur de ses yeux mais ils ont l’air d’être clairs parce que la lumière bleue des spots s’y reflète bien. Clairs et perçants… J’aime bien. Surtout lorsqu’il commence à récupérer un peu du cocktail sur sa peau pour le goûter sur le bout de son doigt, le suçotant entre ses lèvres. Oh putain. Calme-toi Doug, y a vingt secondes, tu savais pas qu’il existait. C’est quand même vachement rapide pour le trouver sexy. Occupé que je suis à réfréner mes ardeurs, je me laisse complètement prendre par surprise à sa proposition avant d’en rire ouvertement.

« Hahaha ! T’as pas froid aux yeux, toi ! Mais t’as raison, c’est la moindre des choses. Moi, c’est Douglas. Tu m’appeler Doug, si tu veux. »

Je me détourne un instant vers le barman pour commander deux autres Sexy Blue Box. Il faudrait que je songe à ralentir sur la descente, d’ailleurs. C’est certainement à cause de l’alcool que j’ai déjà dans le sang que je me sens déjà prêt à faire du gringue à ce petit (beaucoup plus proche de la vingtaine que moi, à vue de nez). Même si je ne déteste pas mater les jolies personnes qui se présentent à mon regard, ce n’est pas non plus si facile que ça de me taper dans l’œil. Et pourtant, le brun tatoué se révèle très à mon goût alors qu’on n’a pas échangé trois phrases. Je dois vraiment être en chien depuis trop longtemps. En tous les cas, je n’ai aucun geste déplacé en lui tendant son verre. J’suis pas encore complètement con. Je continue juste de sourire.

« Et toi, c’est quoi ton nom ? Excuse-moi, mais je suis presque sûr de t’avoir déjà vu avant. On s’est croisé quelque part, ou alors t’es un type connu ? »

J'ai dit ça sur le ton de l'humour. Mais j'ai tout de même un pressentiment qui s'allume au moment où je prononce ces mots.
CODE DE PHOENIX O'CONNELL POUR NEVER UTOPIA


✿*゚‘゚・✿.。.:* *.:。✿*゚’゚・✿.。.:* *.:。✿*゚¨゚✎・ ✿.。.:* *.:。✿✿*゚‘゚・✿.。.:* *.:。✿*゚’゚・✿

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ash Keynes
Humain Neutre
Messages : 71
Date d'inscription : 24/03/2015
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 9 Mai - 16:40
Il rit de ma proposition mais l'accepta volontiers. Il se présenta et me permis de l'appeler par un surnom, diminutif de son prénom. Il se détourna alors, commanda, puis me tendit mon verre quand ce fut prêt. Je le pris en le remerciant et lui souriant. Ses mots m'amusèrent un peu.

-Je ne pense pas qu'on se soit déjà croisé auparavant. Mais oui, on pourrait dire que je suis connu. Je m'appelle Ash.

Membre des Paradise Mirage, chanteur, bassiste, chorégraphe, et on peut même dire que je joue de la guitare, même si ça, c'est juste pour moi-même et pas du tout pour le groupe. Mais je n'avais pas envie de lui dire tout ça. Pas que cela me dérangeait mais plutôt que j'avais juste envie d'être moi, d'être un gars parmi la foule le temps d'un soir, et pas une célébrité reconnue mondialement.
Après, mon nom pouvait ne rien lui dire. C'était surtout les fans qui savaient qui était qui, les goûts de chacun et tout le reste.
Mais s'il me le demandait, je n'allais certes pas lui cacher. Je n'avais aucune raison de faire ça.
Je portais le verre d'alcool à mes lèvres et bu une gorgée... pour finalement boire pratiquement la moitié du verre.

-C'est vraiment bon !

Le goût expliquait ma descente, mais il y avait peut-être aussi le fait que j'avais soif et envie de boire de l'alcool. Le but n'était pas de me saouler et de finir malade mais je voulais me sentir bien.

-T'es venu seul ou avec des amis ? Je voudrais pas que ma présence t'empêche d'aller les rejoindre.

C'était toujours mieux de s'informer si on dérangeait ou non. Et puis, ça me donnerait aussi une indication sur lui. Merde. Pourquoi je voulais savoir des trucs sur lui ? J'avais aucune raison. D'accord il était pas mal et même plaisant à regarder mais pas mon type.

C'est beau de rester dans le déni et de ne pas vouloir voir la vérité en face, Ash.

✿*゚‘゚・✿.。.:* *.:。✿*゚’゚・✿.。.:* *.:。✿*゚¨゚✎・ ✿.。.:* *.:。✿✿*゚‘゚・✿.。.:* *.:。✿*゚’゚・✿


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Douglas Lanteen
Humain Neutre
Masculin
Messages : 302
Date d'inscription : 09/12/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 10 Mai - 16:56

Fuel to fire, baby...
 
 

Hm. Ouais, je m’en doutais. J’aime bien quand il sourit. Ça lui donne l’air moins farouche et ça adoucit son regard. Je lui rends son sourire pendant qu’il goûte son verre.

« Enchanté, Ash. Me dis rien, je vais essayer de deviner. »

Toujours sur le ton de l’humour. Il a dit lui-même qu’il était connu, mais je ne suis pas encore un imbécile (ou du moins pas tout le temps) et la façon dont il l’a laissé entendre me donne à penser que, là tout de suite, il n’a pas envie de crier sa célébrité sur tous les toits. Sinon, il m’aurait dit directement qui il était et ce qu’il faisait dans la vie. J’imagine qu’il doit juste avoir envie d’être tranquille ce soir et quelque part, je suis fait pour le comprendre. Pour le peu que j’y ai goûté, la notoriété c’est vraiment ultra chiant. Amusé, je ris de nouveau en le voyant siphonner la moitié de son verre en une gorgée.

« Fais gaffe. Ça monte plus vite à la tête qu’il n’y parait. »

Ça fait souvent ça, la première fois. La tequila et la limonade, c’est le combo gagnant. Ça descend tout seul. Il faut un peu d’habitude pour être sensible au parfum de violette derrière. À sa question, je jette un coup d’œil vers la table où j’ai laissé les gars. Ils en sont toujours au même point.

« Je suis venu avec des… collègues de boulot. Mais ils ont l’air de s’en sortir sans moi alors ça ne pose pas de problème. »

Au besoin, j’irai peut-être leur glisser un mot pour ne pas qu’ils se demandent où je suis passé. Nan parce qu’ils sont bien mignons hein, pas de soucis, mais je trouve Ash un poil plus intéressant. Et je ne dirai pas non à passer encore un peu de temps en sa compagnie, dès que je lui aurai rendu la politesse :

« Et toi ? Tu es tout seul ? »

Non, à tous les coups. Ce serait trop beau qu’il soit venu seul en boîte de nuit. Personne ne vient seul en boîte de nuit, et ceux qui le font veulent draguer en général. Si c’est le cas, j’ai de grandes chances de le voir repartir avec une minette à la fin de la soirée mais tant pis. Qui ne tente rien n’a rien.
CODE DE PHOENIX O'CONNELL POUR NEVER UTOPIA


✿*゚‘゚・✿.。.:* *.:。✿*゚’゚・✿.。.:* *.:。✿*゚¨゚✎・ ✿.。.:* *.:。✿✿*゚‘゚・✿.。.:* *.:。✿*゚’゚・✿

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ash Keynes
Humain Neutre
Messages : 71
Date d'inscription : 24/03/2015
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 11 Mai - 14:16
Douglas me prévint sur l'alcool. J'en souris. C'était sympathique de me prévenir. Au moins je savais que je devais faire attention avec ces petites choses là. Il répondit alors à ma question. Pas seul mais avec des collègues. Et vu ce qu'il disait, il avait l'air d'apprécier ma compagnie. Cool, je n'aurais pas eu à aller chercher loin une nouvelle compagnie pour la soirée. Comprenez par là juste une nouvelle rencontre avec qui passez du bon temps avec l'alcool mais sans plus. Il me retourna la question. Je bu une petite gorgée – vraiment petite cette fois – puis je lui répondis :

-Oui, j'avais besoin de passer du temps loin de mes connaissances pour décompresser.

En réalité, la plupart de mes connaissances étaient liées à mon travail. Cela commençait par la bande pour finir avec le manager et tous les ingé' qui s'occupait du son, de l'album, des photos, des clips. La plupart des inconnus ou des visages familiers. Le groupe était vraiment mes amis proches, je l'avais même considéré comme une famille. C'était ce qu'on était à mes yeux. Peut-être parce que ma propre famille était aux abonnés absents, la tristesse de chaque orphelin. D'autant plus que je ne pouvais même pas dire les avoir connu un peu, non. J'avais simplement été placé à la naissance, sans père et abandonné par ma mère. Mais tel n'était pas le sujet de ce soir. Non. Place à l'amusement, la consommation et à cette nouvelle rencontre. En plus il n'avait pas l'air de trop vouloir en savoir plus moi. Donc autant en profiter. Si jamais je le revoyais un jour prochain, je lui dirais. Oui, sûrement. En plus l'optique que mon cercle de connaissances s'étende hors du monde de la musique me plaisait plutôt bien. J'étais comme un enfant qui réalisait enfin que la famille n'était pas tout et qui voulait s'émanciper.

Je finissais mon verre et l'abandonnait sur le comptoir à côté de nous. Je lui souris, une idée derrière la tête. Après, il n'allait peut-être pas vouloir.

-Ça te dit qu'on aille danser ?

Danser. Grand mot pour exprimer ici le fait de se trémousser sur le boum boum de la musique. Mais aussi d'être serrer parfois les uns contre les autres et d'avoir l'impression d'être une sardine en boite.

✿*゚‘゚・✿.。.:* *.:。✿*゚’゚・✿.。.:* *.:。✿*゚¨゚✎・ ✿.。.:* *.:。✿✿*゚‘゚・✿.。.:* *.:。✿*゚’゚・✿


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Douglas Lanteen
Humain Neutre
Masculin
Messages : 302
Date d'inscription : 09/12/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 11 Mai - 23:04

Fuel to fire, baby...



Je souris en hochant la tête d’un air compréhensif quand il répond à ma question. Ouais, nan, c’est vrai que parfois on a besoin de s'éloigner de ses potes et de se vider la tête. Alors que dans la mienne de tête, c’est le branle-bas de combat. Oh putain. Il est venu seul. C’est-à-dire que personne ne va me le harponner sous le nez pour le ramener dans son groupe d'amis. C’est-à-dire que j’ai le champ libre pour continuer à faire connaissance ! Sous réserve que des inconnus ne se décident pas à me le harponner sous le nez aussi, bien entendu. Mais ça a peu de chances d’arriver. Surtout à partir du moment où il me propose d’aller danser. Autant dire que je n’hésite pas longtemps.

« Ouais ! Carrément ! »

J’avale une lampée de mon cocktail et le suis aussitôt sur la piste pour commencer à bouger en rythme à ses côtés. Bouger en rythme, ouais. Sautiller vaguement sur place en levant les bras, avec quelques mouvements latéraux de temps en temps, si vous voulez. On peut pas vraiment faire autre chose en boîte de nuit, ne serait-ce que parce qu’on est dix au mètre carré dans ce genre d’endroit. Mais c’est pas grave. Personne ici n’a l’intention de devenir le nouveau Travolta. Le but c’est justement la proximité, pour voir avec qui il y a moyen. Et même si c’est franchement pas raisonnable, je me demande si avec mon petit brun tatoué, là, y aurait pas moyen justement. Mon radar n’est pas infaillible et je le connais depuis trop peu de temps mais plus ça va, et plus je me demande si… Sauf que comme par hasard, c’est pile au moment où je commence à me demander si je ne vais pas tenter le début d’une phase d’approche plus tard dans la soirée que la poisse vient me taper sur l’épaule, avec un sourire vicelard.

« Hé, mais… Je vous reconnais ! Vous êtes Ash ! Ash Keynes, pas vrai ?! »

Je mets un moment à me rendre compte que, alors qu’on dansait tranquille depuis quelques minutes, une jeune blonde en top moulant avec plus de trous que de tissu dans le jean s’est éloignée de son groupe de copines pour s’approcher de nous et regarde maintenant Ash comme s’il était le Messie descendu des cieux. Je lève un sourcil, surpris par cette intrusion. C’est qui, celle-là ? Il la connait ? À voir sa tête, je dirais que non mais elle oui, visiblement :

« Oh mon Dieu, c’est Ash ! J’y crois pas ! Vous voulez bien me signer un autographe ? Ou faire un selfie ? Aaaaaaaah, c’est tellement coool ! »

Les bras m’en tombent. Oh, bordel de merde. Si c’est bien ce que je crois… Et ouais, j’ai vu juste. Mais j’ai pas été assez rapide : les amies de la blonde commencent à la rejoindre et elles aussi se mettent à pépier en voyant le visage d'Ash. Je suis scié tout en cherchant son regard. Ah ouais quand même. Moi, son nom ne me dit toujours rien. Il est si connu que ça, ou on n'a vraiment pas de bol et on est tombé sur un nid ? Je sais pas mais ça commence un peu à me courir. Sérieux, s’il est là c’est pas pour une conférence de presse, c’est pour décompresser tranquillou et incognito. Seulement, va expliquer ça à une bande de groupies quand t’es pas suicidaire. Heureusement, l’une d’elle m’offre bien vite une ouverture dans laquelle je m’empresse de m’engouffrer :

« Si vous êtes là, Heyden est là aussi ? On peut le voir ? »
« Ouais, justement on l’a vu partir aux toilettes. J’pense qu’il ne vous en voudra pas si vous l’attendez à côté de la porte. Vous ferez le selfie groupé, comme ça. »


Y avait une chance sur deux pour que ça marche, et j’aurais pas parié sur mon succès. N’importe qui réfléchissant deux secondes reniflerait le coup fourré. Mais visiblement, la possibilité de voir ce Heyden est plus forte que le reste. La basse-cour s’éloigne immédiatement dans la direction indiquée, toutes excitées à l’idée de rencontrer leur idole. Désolé, les filles. C’est pour la bonne cause. Dès qu’elles sont suffisamment loin pour qu’on soit hors de vue, je fais signe à Ash de battre en retraite. Récupérant nos verres sur le bar au passage, je nous conduis vers le fond de la pièce, là où la lumière est moins vive et où un groupe de personnes fait écran entre nous et la piste. Je me laisse tomber sur l’une des banquettes libres autour d’une table basse inoccupée. Fiouu… On l’a échappée belle. Avec un sourire amusé, je demande :

« Ça… t’arrive souvent ce genre de trucs ? »
CODE DE PHOENIX O'CONNELL POUR NEVER UTOPIA


✿*゚‘゚・✿.。.:* *.:。✿*゚’゚・✿.。.:* *.:。✿*゚¨゚✎・ ✿.。.:* *.:。✿✿*゚‘゚・✿.。.:* *.:。✿*゚’゚・✿

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ash Keynes
Humain Neutre
Messages : 71
Date d'inscription : 24/03/2015
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 12 Mai - 9:23
Nous étions alors parti sur la piste de danse. Bougeant plutôt bien des hanches, je me laissais entrainer par les mouvements de la foule, les imitant. Je n'avais pas l'habitude de faire la sardine, je devais bien l'avouer. Quand soudain une voix stridente nous interrompit et me fit tourner la tête vers la source de la voix. Presque aussitôt, elle confirma ses dires sans que j'ai eut mon mot à dire. Et merde, moi qui voulait une soirée tranquille... Je forçais le sourire, surtout quand son groupe d'amies ou autres débarqua, toutes pépiantes, comme les petits oisillons. Sauf que là, je ne savais si j'étais le parent qui venait apporter la nourriture ou bien la nourriture elle-même qui allait se faire dévorer. J'avais horreur de ça. Les autres géraient bien mieux que moi ce genre de situation. D'ailleurs, même Douglas semblait savoir gérer. Il avait rebondi sur une question d'une des demoiselles et elles se précipitèrent alors vers les toilettes. J'aurais pas cru que ça aurait marché. Mais apparemment, des filles, de l'alcool et des célébrités, ça rendait idiot.

Je suivais alors prestement le blond vers le fond de la salle. Je m'installe alors à coté de lui. La banquette, c'est toujours mieux que la chaise. En plus, comme ça, on voyait les autres personnes et on pourrait fuir à nouveau si on les voyait arriver.
Il me posa un question et j'y répondis. Je pense que mon agacement par rapport à ces filles se faisait ressentir dans ma voix.

-Ouais de temps à autre. Désolé, c'est super chiant. A croire qu'elles ne savent pas se tenir... Je me dis qu'un jour, j'arriverais peut-être à gérer ce genre de situation mais...

Je poussais un soupir. J'en étais pas vraiment persuadé. J'esquissais un sourire dans sa direction avant de lui prendre son verre. J'avais fini le mien et j'avais pas trop envie de m'attarder au bar tout de suite pour commander un truc.

-En tout cas, je t'en dois une. T'as géré. Je suis presque jaloux.

Je ris un peu avant de boire une gorgée et de lui rendre le verre.

-Au fait, t'as dis être avec des collègues tout à l'heure ? Tu travailles dans quoi ?

✿*゚‘゚・✿.。.:* *.:。✿*゚’゚・✿.。.:* *.:。✿*゚¨゚✎・ ✿.。.:* *.:。✿✿*゚‘゚・✿.。.:* *.:。✿*゚’゚・✿


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Douglas Lanteen
Humain Neutre
Masculin
Messages : 302
Date d'inscription : 09/12/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 13 Mai - 11:25

Fuel to fire, baby...



Comme de l’impatience perceptible dans sa voix. Tu m’étonnes. Je balaie rapidement ses excuses d’un geste de la main.

« Pas de mal. C’est surtout pour toi que ça doit être lourd. J’ai jamais aimé ça non plus… »

Ça… C’est plus ou moins ce qui a contribué à la ruine de mon couple avec Zara. Que ce soit les paparazzis ou les hordes hurlantes de fans, ils me sortent tous par les yeux. La célébrité, c’est vraiment pas mon truc. J’espère que ce job de mannequin ne nuira pas à ma tranquillité de simple mortel, d’ailleurs. Alors que j’y songe distraitement, je vois soudain Ash me chiper mon verre sans demander pour piquer dedans, avec un sourire pour tout paiement. Je le regarde faire sans mot dire, amusé. Dis donc mon beau, méfie-toi, je pourrais y voir une invitation… Je ris avec lui quand il me remercie pour mon coup de bluff :

« Hahahaha, tu vas me faire rougir ! Et puis j’ai fait au plus rapide sur ce coup, mais on n’a pas intérêt de les recroiser dans la soirée. On serait un peu grillés… »

Sûr et certain. Je sais pas combien de temps ça nous a fait gagner (combien de temps vont-elles rester à piétiner devant les chiottes avant de flairer l’embrouille ?) mais j’espère qu’elles ne se lanceront pas à notre recherche et qu’elles se tireront vite fait, histoire qu’on puisse profiter de la soirée tranquille. Parce qu’en ce qui me concerne, je crois que je commence à deviner les ouvertures chez ce garçon. Et ce serait quand même bête de ne pas en profiter. Après tout, je suis libre. Je ne dois rien à personne et je peux faire ce qui me plaît… Ignorant la part de mauvaise foi qui parasite mes pensées, je récupère mon cocktail et bois à mon tour une gorgée, en posant mes lèvres à l’endroit exact où étaient les siennes. Sans le quitter des yeux.

« Mais je retiens le fait que tu m’en dois une… »

Je souris en reposant le verre entre nous sur la table. Ce n’est qu’un premier test. J’adapterai ma ligne de conduite en fonction de ses réactions. En attendant, c’est à mon tour de répondre à sa question. Je prends quelques secondes pour réfléchir à ce que je peux dire et ne pas dire, avant de me lancer :

« C’est… compliqué à résumer mais dans l’immédiat, je suis mannequin à mi-temps. Pour The Most, je sais pas si tu connais. Mais j’ai commencé que cette semaine et je ne sais même pas si ça va durer alors pas de quoi fouetter un chat. Et du coup, tu peux bien me le dire : qui es-tu, Ash Keynes ? »

Et là, c'est le drame. Alors que je termine ma phrase, je me souviens d'un seul coup de ce putain de clip dans lequel j'ai tourné. Où je fais des choses à la limite de l'indécence dans une baignoire pleine à ras-bord avec Queenzie, la rappeuse dont le dernier album démonte tout le Hit Parade en ce moment. Je reste de marbre, mais ça tient du miracle. Oh putain. Faites qu'il ne regarde pas la télé. Faites qu'il n'ait rien à voir avec le monde de la musique...
CODE DE PHOENIX O'CONNELL POUR NEVER UTOPIA


✿*゚‘゚・✿.。.:* *.:。✿*゚’゚・✿.。.:* *.:。✿*゚¨゚✎・ ✿.。.:* *.:。✿✿*゚‘゚・✿.。.:* *.:。✿*゚’゚・✿

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ash Keynes
Humain Neutre
Messages : 71
Date d'inscription : 24/03/2015
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 13 Mai - 13:30
C'est vrai que si les filles nous recroisaient, on serait grillé. Fait comme des rats. Pris dans notre propre piège. Mais j'avais confiance dans le fait qu'elle ne reviendront pas. Elles étaient imbibées d'alcool après tout.
Il n'avait rien dit quand j'avais pris son verre et bu dedans. Il avait juste bu là j'avais bu aussi sans me quitter du regard. Hasard total. Sauf qu'une part de moi se disait que non, c'était fait exprès. Je fis taire cette pensée. Comme si c'était possible. On était deux mecs.

Il réussit à me sortir de mon presque débat interne en répondant à ma question. Mannequin donc...

-Si, je connais. Mais ça pourrait durer, je pense, non ? Il me semble qu'ils sont très minutieux sur leur recherche de modèle. Une fois qu'ils en ont un bon, ils ne le lâchent pas comme ça.

Enfin, entre ce que je pensais et ce qui était réellement, il y avait tout un monde. Et je n'étais pas très proche du mannequinat. Tout ce que je savais c'était comment prendre la pose pour les magasines et les couvertures d'album et single. Enfin, c'était déjà pas mal. Et à bien regarder Doug, il n'y avait pas de doute qu'il avait ce qu'il fallait physiquement.
Il me demanda aussi ce que je faisais du coup. C'est vrai que se faire harponner comme je venais de le vivre faisait qu'on pouvait poser la question. Acteur ? Chanteur ? Danseur pro ? Ou même sportif de haut niveau. Il me semble que certain patineur ou même footballeur peuvent avoir du succès parmi les filles.

J'aurais pu jouer aux devinettes avec lui. Lui demander ce qu'il pensait que j'étais capable de faire. Ça aurait pu faire un jeu amusant. Mais d'une certaine façon, je ne sais pas pourquoi, je trouvais ça un peu cruel. Ou bien je n'en avais peut-être tout simplement pas l'envie. Être complexe ne m'intéressait pas en ce moment. La simplicité était tout de même bien plus... simple ? C'était redondant mais ça ferait l'affaire. Je n'étais pas très poétique ou doué avec les mots. Heureusement que ce n'était pas le parolier du groupe, sinon on aurait des musiques qui ne posséderaient que l'instrumental tant le silence régnerait pour les paroles.
Je regardais en instant la foule dansante devant nous avant de reporter mon regard sur lui.

-Je suis musicien et chanteur pour un groupe : les Paradise Mirage. Je fais aussi certaines chorégraphies, mais ça le public le sait moins.

Tout comme il ne savait peut-être pas que je préférais de loin être musicien que chanteur. Être celui qui donne un rythme, un son, un support à la voix, c'est quelque chose de presque magique. Certes on peut chanter a capela mais alors il fallait être certain de sa voix, car la musique ne pourrait rien camoufler, rien porter.

Je repris alors le verre qu'il avait placé entre nous. J'avais subitement envie de boire et même de vider le verre. Mais je me modérais en avalant seulement quelques petites gorgées.
Peut-être bien que je regrettais les débuts. Ce moment où je n'étais pas connu de tous et où les Paradise Mirage n'était qu'une proposition de les rejoindre de la part d'Heyden.

-Mais si tu veux savoir, c'est fatiguant. Je pensais pas qu'on aurait un tel succès et tout. Ce qui fait qu'on a quasi pas de temps pour nous. Enfin, bref...

Je reposais le verre où je l'avais pris et lui sourit.

-En tout cas, je suis bien content d'avoir fait ta rencontre, monsieur le mannequin !

Je lui donnais un petit coup de coude dans les côtes pour l'ennuyer, sans lui faire mal, et pour appuyer la taquinerie quant à ce métier qu'il exerçait depuis peu. L'alcool avait l'air de commencer à faire son effet alors que j'avais même pas bu deux verres. N'avais-je donc plus aucune résistance ? Ou bien c'était simplement le mélange du coktail qui me montait à la tête ? Mais vu la chaleur de l'endroit, rien n'aidait, c'était sûr.

✿*゚‘゚・✿.。.:* *.:。✿*゚’゚・✿.。.:* *.:。✿*゚¨゚✎・ ✿.。.:* *.:。✿✿*゚‘゚・✿.。.:* *.:。✿*゚’゚・✿


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Douglas Lanteen
Humain Neutre
Masculin
Messages : 302
Date d'inscription : 09/12/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 16 Mai - 20:16

Fuel to fire, baby...



Il fait beaucoup trop chaud dans cet endroit. Entre l’alcool, les dizaines d’humains qui remuent et les coups de pression que je m’inflige tout seul, je sens la sueur qui commence à me poisser le dos. Un bon bol d’air frais me ferait pas de mal. Mais faut pas que je stresse. Calme, Doug, calme. Y a plein de façon d’être célèbre et ce petit gars-là, avec sa tête d’ange des ténèbres junior, il pourrait parfaitement être acteur ou mannequin lui aussi, un millier d’autres possibilités qu’un truc en rapport avec la musique. Et même si c’était le cas, il peut bosser dans n’importe quel autre style que le rap, ou ne pas être au courant de toutes les nouveautés qui sortent ou un tas d’autres facteurs qui font que c’est pas si tendu que ça en a l’air. Allez, fais comme si de rien n’était, c’est pas la mort. En plus il est gentil comme tout à me glisser l’air de rien que je suis bon pour le job. Je ris de bon cœur, flatté.

« Ouais, peut-être. Mais la vérité, c’est surtout que j’ai été pistonné par un type qui faisait déjà partie de la maison. Je n’ai pas la prétention d’être meilleur que ceux dont c’est le vrai métier et qui veulent vraiment percer dedans. Ça m’aide à payer mes factures, c’est suffisant pour l’instant. Je ne compte pas faire ça à temps plein ou prendre la place de gens plus ambitieux ou plus travailleurs. Mais je te remercie pour le compliment, ça fait toujours plaisir… »

Je lui adresse un sourire, et un clin d’œil. Moi aussi je te trouve à mon goût, mon beau. Mais je ne vais pas non plus lancer le gros de l’offensive tout de suite, je te sens pas encore tout à fait réceptif. C’est assez bizarre, d’ailleurs. Il m’apprécie, ça j’en suis sûr, mais j’ai l’impression qu’il n’est pas tout à fait conscient qu’il y a un soupçon d’ambiguïté dans son attitude. C’est peut-être moi qui me fait des films après, mais en tout cas je n’y songe pas bien longtemps. Ses paroles me font écarquiller les yeux tandis que je le remets subitement. Les Paradise Mirage, mais oui bien sûr ! Je connais de nom et il m’est arrivé de voir passer un clip à la télé, même si j’écoute pas vraiment. Mais plus important, lui me connait pas. Ma tête ne lui a fait ni chaud ni froid. Aw Lawd Jeezas, il y a bien un Dieu dans ce monde. Je ne vois pas comment je peux qualifier autrement le miracle qui vient d’avoir lieu. Je suis tellement soulagé qu’il n’associe pas ma gueule au clip de Zara que je souris beaucoup plus franchement en réponse :

« Aaah, c’est pour ça que ton visage me disait quelque chose. Et c’est pour ça que je trouvais que tu étais bien plus doué que moi sur la piste de danse tout à l’heure… »

Oh ça oui… Y avait rien de provocant, mais c’était souple et délié, très maîtrisé, et très sensuel. Vraiment, je donnerais beaucoup pour jeter un coup d’œil sous ce t-shirt. Mais comme je suis bien élevé, je n’en montre rien. Je me contente juste de contempler ses lèvres qui épousent la forme du verre, et son cou quand il renverse la tête pour boire encore un peu de mon cocktail. Je hoche la tête avec compréhension lorsqu’il m’avoue ne pas apprécier tous les aspects de la célébrité. Ça, je suis fait pour te comprendre, t‘inquiète pas. Mais je n’y pense pas bien longtemps après qu’il m’ait gratifié de sa petite bourrade amicale dans les côtes. Je souris, amusé par son air joueur. Ce n’est pas grand-chose et en temps normal je ne verrais pas autre chose derrière cette démonstration de sympathie, mais j’aime le regard qui accompagne ce contact. Je tends le bras pour une accolade autour de ses épaules. Ça ne dure que deux secondes à peine, mais c’est suffisant pour sentir la chaleur de sa peau à travers ses vêtements et rapprocher nos visages pendant un bref instant. Je ne sais toujours pas de quelle couleur sont ses yeux mais bon sang, ce que leur éclat est vif à la lumière des spots…

« Moi de même, Monsieur le musicien. »

Tu n’imagines pas à quel point… Et m’est avis que tu ne le sauras pas avant un petit moment parce que ma loose légendaire vient à nouveau me pisser sur les bottes. Je n’ai même pas fini de retirer mon bras de ses épaules que je vois soudain approcher de notre table une silhouette pas tout à fait inconnue, puisqu’il s’agit d’un des collègues avec qui je suis venu ici. Apparemment il nous a aperçus en allant au bar. Et merde… Avec un grand sourire, il vient s’affaler sur mes genoux. Jeeee suis pas sûr d’être tout à fait d’accord mais on dirait qu’il est déjà bien imbibé alors je laisse couler.

« Hey, Doug ! On se demandait où tu étais passé, mais tu t’es fait un copain, en fait. »
« Euuh, ouais, désolé les gars… »
« Naaaan, pas d’soucis. Vous n’avez qu’à nous rejoindre, ça sera plus sympa. J’vais leur dire que j’t’ai retrouvé… »


Et il me plaque un gros bisou sur la joue, avec bave et relents de vodka compris dans le pack, avant de se relever et de tituber vers d’autres cieux. Je m’essuie le visage, assez irrité par ce qui vient de se passer. Bordel, je pensais qu’on était enfin tranquille et le voilà qui se ramène pour me coller la honte devant Ash, avec qui le courant commençait à bien passer. Et maintenant on va être obligé de se ramener à leur table et d’écouter leurs conneries et ça va me faire chier, merde… Je glisse un coup d’œil vers le brun à côté de moi, avec un petit sourire mi-désolé mi-complice :

« On n’est pas obligé, si tu veux pas. On peut aussi se reprendre un verre, retourner danser… Ou aller faire un tour dehors, pour prendre l’air. »

Et être un peu seuls. Ce genre de choses…
CODE DE PHOENIX O'CONNELL POUR NEVER UTOPIA


✿*゚‘゚・✿.。.:* *.:。✿*゚’゚・✿.。.:* *.:。✿*゚¨゚✎・ ✿.。.:* *.:。✿✿*゚‘゚・✿.。.:* *.:。✿*゚’゚・✿

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ash Keynes
Humain Neutre
Messages : 71
Date d'inscription : 24/03/2015
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 31 Mai - 13:21
Un sombre inconnu débarqua et se laissa presque tombé sur Doug. Enfin, inconnu de moi, oui. Mais apparemment, le blond et ce gars se connaissaient. Je regardais la scène en simple spectateur. L'autre avait l'air tellement imbibé d'alcool que j'étais sur que demain, il allait le regrette sévère. Mais ça, c'était son problème à lui. Je saisis les propos qu'il dit à Douglas. Et je devais bien avouer que l'idée de les rejoindre ne me plaisait guère. Non, mais vraiment pas. S'ils étaient tous dans un état pareil, où était l'amusement. Bref, l'autre parti, nous laissant à nouveau seul. Je retins un léger rire. C'était quand même amusant à voir mais je plaignais Douglas. Non, la bise n'avait pas du être agréable.

-Si on est pas obligé, je préfère pas alors.

Je trouvais qu'on était bien comme ça à deux. Alors, je ne savais pas si à plusieurs, ce serait mieux ou pire. Je ne préférais pas tenter le diable et le mieux était donc de rester dans la situation actuelle, tête à tête avec le beau blond. Cette pensée me gêna un instant, comme s'il y avait quelque chose qui clochait, qui n'était pas normale. Mais je mis ce sentiment de coté pour ajouter :

-Aller dehors, ça me semble bien. Il fait trop chaud ici.

Trop chaud, trop de gens, trop de sueur mêlée à l'odeur d'alcool.
Je me levais alors et quand je vis qu'il fit de même, je me fis un chemin à travers la foule dansante ou non. Direction la sortie. Plus on se rapprochait d'elle, plus on sentait qu'il faisait moins chaud. Légèrement. Après tout, la masse de gens restait la même.
La porte était grande ouverte, comme pour essayer d'apporter de l'air frais dans l'établissement, comme pour dire qu'il pouvait accueillir les passants en quête d'un endroit où s'amuser. Je passais alors l'entrée et me retrouvais à l'extérieur, sur le trottoir. L'air était frais, presque froid comparé à la chaleur du bar. Je me retournais alors pour voir si Doug avait réussi à me suivre. Je lui souris en le voyant puis je m'écartais de quelques pas de l'entrée, histoire de ne pas rester devant et d'être moins déranger par les va-et-vient des clients qui prenaient l'air frais, fumaient ou autres.

-Ça fait vraiment du bien... Mais dit moi, ça te dérange vraiment pas d'être avec moi plutôt qu'avec tes potes ? Vous aviez l'air assez proches, non ?

Mais pourquoi je demandais ça moi ? Ça ne me regardait pas spécialement, en plus.

✿*゚‘゚・✿.。.:* *.:。✿*゚’゚・✿.。.:* *.:。✿*゚¨゚✎・ ✿.。.:* *.:。✿✿*゚‘゚・✿.。.:* *.:。✿*゚’゚・✿


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dear Hybride :: 
Londres
 :: Centre Ville
-
Sauter vers: