Cliquez sur la barre et utilisez les flèches du clavier ou scroll afin de faire défiler

News

25/08/2017 — Inscriptions à nouveau ouvertes !
23/07/2017 — La brigade ré-ouvre ses portes ! N'hésitez pas à en faire parti !
25/05/2017 — Event Cb du 03/06 au 05/06 ICI ~
15/02/2017 — Nouveau thème !
15/02/2017 — Modifications annexes / règlement.
15/02/2017 — Réorganisation des lieux !
05/02/2017 — Lancement d'event St Valentin Ici

Top Site

Effectifs

10 Humains B.| 8 Humains N.| 10 Humains M.| 3 Hybrides D.| 18 Hybrides N.| 9 Hybrides S.

Prédéfinis Importants

Shout box Invités ↓

©linus pour Epicode
Déroule-moi



 

 :: 
The most important
 :: Your character :: Validated :: Hybride Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Eliott || Ma fragilité est ma force [Terminé]

avatar
Eliott
Rebelle Neutre
Race : Hybride pingouin
Messages : 13
Date d'inscription : 22/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 22 Juil - 20:58
feat Norway || Axis Powers : Hetelia
Eliott
Nom ☀ //
Prénom ☀ Eliott
Âge ☀ 23 ans
Nationalité ☀ Anglais
Sexe ☀ Mâle
Sexualité ☀ Bisexuel
Groupe ☀ Hybride neutre
Rang ☀ Rebelle
Race ☀ Pingouin
Image de l'animal ☀ Petit Pingouin
Particularité ☀ Santé fragile [Description dans le caractère]


PHYSIQUE
Je ne suis pas grand et fort. Je ne suis pas ce qu'il y a de plus séduisant sur terre. Je suis même moins que banal. Non, en toute sincérité, je ne me trouve pas beau.

Je mesure un mètre 68. Pas très grand, en effet. Mon poids, c'est pareil, j'atteins difficilement les 50 kilo. Pourtant je me sens bien comme je suis. Ma taille me complexe parfois, surtout lorsque je suis en présence d'immense armoire à glace. Dans ces moment-là, j'ai l'impression d'être en enfant alors que je suis pourtant bel et bien un adulte.
Je n'ai pas de muscle. Enfin, si, mais on ne les voit pas. Si vous voulez voir des tablettes de chocolat, ce n'est pas moi qu'il faut venir voir. J'ai la peau sur les os, la peau blanche presque comme un cachet d'aspirine.

J'ai les cheveux blonds. Ils sont fins et lisses. Ils pourraient être beaux s'il n'y avait  des plumes qui se camouflaient dedans. Des noires, des blanches, héritages de mon hybridation. Enfin, ce n'est pas si laid. Les plumes noirs sont peu voyantes, elles semblent rester proches de la racine. Les blanches en revanche sont pareilles à des mèches rebelles et sont visibles. Je m'attache les cheveux avec une pince. Je place celle-ci sur le coté gauche, près de mon oreille pour retenir ma chevelure. Ma mèche allant naturellement de l'autre coté, elle ne me gène pas. Et grâce à la pince, j'ai moins de cheveux dans le visage. Et puis, comme les vendeurs le disent, ça donne un côté « mignon ».

Que dire d'autre ?

J'ai des yeux bleus, d'un bleu profond, océan. Ils peuvent paraître mauve à la lumière du soleil couchant, au moment du crépuscule, cet instant si bref, juste avant que le soleil ne disparaisse.
Le reste de mes traits reste fin, bien dessiné, surtout mon nez.

Ah oui, un autre détail. Mais ne dites à personne.

...

En fait, je n'ai même à vous le dire mais... De toute manière, les personnes avec qui je vivrais risquent bien de s'en rendre compte. C'est un détail. Un tout petit, mini, riquiqui détail. Mais il me met mal à l'aise. Il s'agit de mes doigts de pieds. Non, il ne m'en manque pas. Non, je n'ai pas de phalange en trop ni manquante. Non, ils ne sont pas velu. Mon être entier est plutôt du genre imberbe. Ce n'est rien de tout ça. Mon hybridation ne m'a pas juste donné quelque plume dans les cheveux, elle m'a aussi offerte des doigts de pied palmé. Que cela rassure nos nageurs, cela ne me rend pas meilleur en natation, puisque j'ai horreur de montrer mes pieds... 


PSYCHOLOGIE
P-pardon ? Vous voulez que je vous parle  de moi, de comment je suis ?  Hum... Oui, je pense que c'est possible.

Je peux déjà vous dire que je n'ai pas vraiment de confiance en moi. Je suis hésitant. Est-ce que je fais cela ? Est-ce que je le fais bien ? Est-ce qu'il sera content que je le fasse ? Est-ce que...
Je me pose donc beaucoup de question. J'ai peur de ne pas plaire. Encore. Car j'en ai vu des familles et des maitres, mais tous m'ont remis à la case départ, la boutique. S'il le font, c'est qu'il y a quelque chose en moi qui ne va pas, non ? C'est à cause de cela que ma confiance en moi est fort basse. Je fais plus facilement confiance aux autres qu'en moi-même. Cela n'est-il pas dérisoire ?

Malgré cela, pour une raison que j'ignore, les gens m'apprécient. J'arrive à me fondre dans la masse. Je ne suis qu'un parmi d'autre. Après tout, que pourrait-on craindre d'un jeune homme tel que moi ? Je semble être un hybride comme on en voudrait. Je suis aimable, sympathique, souriant quand je vous apprécie et j'essaye d'être aussi serviable que possible. Malheureusement, mon possible n'est pas grand chose. Autant vous le précisez tout de suite :  je ne suis pas fort et je ne le serais jamais. Je fais des chutes de tension fréquemment. Cela n'est pas agréable pour moi. J'ai horreur d'avoir ça. J'arrive à vivre normalement, surtout l'hiver. Mais quand je subis cela, ma vision se brouille et peut même s'effacer ne m'offrant que du noir. Mes oreilles bourdonnent, j'entends mon sang battre dans mes tempes, parfois quand cela va au plus mal, en même temps que la vision noire, je n'entends plus. Mes jambes deviennent coton. Et ma tête me fait mal. Et puis C'est le noir, le trou, le néant. Je me réveille quelques instant plus tard pour constater que je me suis évanoui. Je vous rassure, j'ai appris à me connaître. Je sens les signes indicateurs de malaise et quand je les ai, je pose quelques minutes. M'asseoir ou m'allonger me fait du bien. Il faut juste attendre, et cela passe.
A cause de ma faible constitution, j'ai pu dire adieu au sport. Je ne suis pas capable de porter plus d'un certain poids. Même faire le ménage plus de deux heures me donnent le tournis. Et quand il fait chaud, en période caniculaire, je ne vous dis pas le supplice...

Qui donc se méfierait d'un être faible comme moi ? Personne. Grâce à cela, je peux les aider. Je peux devenir utile pour des gens, pour une cause. Car depuis mon enfance, on ne cesse de me le répéter : je ne suis pas utile. Cela m'a toujours blessé à l'intérieur. Pourquoi se sentir obliger de me rappeler ce que je sais déjà ? C'est sans doute à cause de cela que je n'ai pas confiance en moi.
Pour aider mes pairs, je n'ai pas grands choses à faire. Je dois juste être attentif, un peu curieux mais pas trop. Et surtout, tendre l'oreille pour rapporter ce que je vois et entends. Je suis un espion.  J'observe les humains, j'essaye de savoir tout ce qui pourrait être utile à la cause hybride. Ce n'est pas facile mais j'y arrive. Je ne veux plus qu'on me dise que je ne sers à rien... Et vu ma condition, c'est le meilleur moyen pour moi de participer aux changements à venir.

Je peux aussi vous dire que cela n'a pas toujours été le cas. Au début, j'étais comme tout hybride docile. Mais quelqu'un m'a parler de ses rêves. Léo avait une telle passion, une telle conviction, qu'il m'inspira. Il était plus jeune que moi, il avait un vécu différent mais ce qu'il disait était vrai. Malgré tout, je ne me sens pas capable de détester ou haïr les êtres humains. Je ne les ai jamais détesté avant même quand ils me ramenaient en boutique. Cela me faisait juste mal. Je pense être capable d'apprécier la prochaine personne qui voudra m'adopter. De toute manière, pour que je puisse continuer à jouer aux espions, je dois faire en sorte qu'on ai confiance en moi. Ce qui a toujours été étonnement facile.

HISTOIRE
Enfance

Je suis né il y a de ça 23 ans, dans un manoir beau et grand. Mes parents étaient des hybrides qui travaillaient pour une famille riche. Cette famille fut généreuse car elle permit à mes parents de me garder au lieu de me refiler à centre de dressage. Je restais là pendant 14 ans...

Je traînais toujours dans les pattes de ma mère ou de mon père. Je ne pouvais pas vraiment sortir puisque je n'étais pas censé être là. Mais allez le faire comprendre à un enfant... Heureusement, je semblais assez humain. Mais l'on m'interdisait quand même de sortir. Je n'ai pas compté le nombre de fois où je faisais des crises à ma mère ou mon père les fois où je voulais les accompagner dehors pour faire les courses avec eux. Ces moments-là n'étaient guère aux goûts de nos maîtres mais peut-être parce que j'étais un enfant, ils laissaient passer.
Grandissant, je voulais me rendre utile. Je voulais faire comme mes parents et aider. Ils me disaient que c'était ce qu'on attendait de moi : être serviable et aider les humains dans leur vie de tous les jours. Mes parents étaient dociles. Ils étaient bien traités dans cette demeure, alors pourquoi auraient-ils un autre comportement ?
Du haut de mes 8 ans, je commençais donc à aider de mon mieux. Mais autant dire que je n'étais pas doué. Il fallait tout m'apprendre. Ma mère me prit alors sous son aile et m'initia progressivement à la cuisine. D'abord j'observais. Ensuite je lui passais les ustensiles dont elle avait besoin. Et avec le temps, je devenais un petit marmiton.
On essaya aussi de m'apprendre à faire le ménage mais je le faisais mal. Je n'étais alors pas assez soigneux. Je ne faisais pas assez attention. On préféra alors attendre que je sois un peu plus âgé.

Il y avait aussi des enfants dans ce manoir. Ils étaient plus âgés que moi et ne voulaient pas forcément jouer avec moi. Pas forcément parce que j'étais un hybride, mais plutôt à cause de la différence d'âge. De plus, quand il faisait beau, je ne pouvais pas sortir alors qu'eux oui. Néanmoins, j'appris à lire grâce à eux. La fille aînée adorait jouer à 'l'école'. Dans ce jeu, elle était la maîtresse et j'étais l'élève. Elle m'apprenait alors ce qu'elle avait appris à l'école, en m'apprenant d'abord à lire et à écrire. Elle n'était pas la meilleure professeur qui existe mais elle était la seule que je connaissais. En revanche, au bout de quelques années, bien avant mon départ, elle s'était lassée et j'en était resté aux bases élémentaires.

Le temps passait sans que je m'en rende compte. Vers mes 12 ans, on se remit à essayer de m'inculquer à bien faire le ménage. Je savais déjà faire la vaisselle. Mais il fallait aussi faire les poussières, nettoyer le sol, les fenêtres, etc. C'est à ce moment que l'on constata ma faiblesse. Ils avaient déjà remarqué que je n'étais pas fort. Mais après tout, je n'étais qu'un gamin et je n'avais pas encore commencé la puberté. La force pourrait venir plus tard.  Ils avaient aussi vu que j'étais pâle de peau mais cela ne choquait pas. Je ne sortais pas du manoir. C'était donc normal.
Par contre, personne ne se douta que laver le sol montrerait ma faiblesse à ce point. Accroupi à côté du seau d'eau chaude, je tordais la serpillière. Je la mis autour de la raclette et me relevais pour passer dans la pièce qu'on m'avait confié. Je faisais petit bout par petit bout. Je me baissais, je me relevais. Mais peu à peu, je sentais mes forces me quitter. J'avais une sensation de vide en moi. Mais je n'y faisais pas attention, ne sachant pas ce que cela présageait. Je me relevais encore une fois, presque content d'avoir fini. Mais mon sourire s'effaça rapidement. Je me sentis mal. J'avais mal à la tête en même temps que ma vue se brouillait. Le noir m'envahit, mes jambes devinrent tellement du coton qu'elles cédèrent sous mon poids. Mais je ne m'en rendis pas compte. Je m'étais évanouis avant de toucher le sol.
Le bruit de ma chute attira les occupants de la maison. Quand j'ouvris les yeux, ma mère se trouvait au dessus de moi et m'appelait par mon prénom. L'inquiétude dans sa voix se percevait. Je la regardais surpris. Je ne comprenais pas pourquoi il y avait un attroupement autour de moi.
Je passais le reste de la journée allongé. Le médecin, qui m'avait mis au monde et qui était dans le secret de ma présence dans le manoir, passa me voir. Il ne trouva rien d'anormal et conclut son diagnostique par un malaise vagal. Si je comprenais bien, c'était un malaise sans cause réel. J'avais juste bougé trop rapidement et ma tension n'avait suivi.
Suite à cela, pendant un mois ou deux, on me reconfia de petites besognes. L'incident oublié, je recommençais comme avant. Mais rien n'y faisait : je me sentais mal quand je devais bouger constamment comme me lever et m'abaisser. Je ne savais donc pas faire le ménage correctement. Faire les poussières ne posait pas de problème mais quand même... Je n'étais pas utile.
On me garda encore environ deux ans avant de finalement m'annoncer la nouvelle. Le maitre avait été froid dans sa voix et dans ses gestes. Je ne savais pas si c'était parce que je l'avais déçu ou non. J'appris seulement plus tard, que dans ce genre de cas, quand un humain garde un hybride mineure, il risquait une amende bien salée. Cela n'avait vraiment pas du lui plaire...

C'est ainsi qu'à mes 14 ans, je quittais le manoir. J'allais dehors. Dans la voiture, dans la rue, puis dans le magasin. J'avais été admiratif tout le long du voyage. Les bruits, les sons, les odeurs. La foule disparate qui allait en tout sens. C'était tellement différent de l'intérieur du manoir ! Mais j'allais à nouveau être enfermé...


Le centre de dressage

A nouveau je connaissais les joies de l'emprisonnement. C'était quand même terrible. A la télé, ce sont les criminels que l'on enferme. Dans notre monde, ce sont les enfants hybrides.
Pour les enfants qui se trouvaient avec moi, cela leur semblait normal. C'était la vie qu'ils avaient toujours connue. Il rêvait de l'extérieur, comme moi. Mais nous n'étions pas pareil. Car je savais déjà un peu ce que contenait le monde de dehors. Même si c'était dans une prison dorée.
Ici, l'univers était loin d'être doré. Les dresseurs ne faisaient pas preuve d'amour ou d'affection ou bien seulement dans de rares occasions et selon les personnes.
Pour ma part, je faisais juste ce qu'on me demandait. J'essayais d'être parfait à leur yeux. Mais j'étais loin d'y arriver. Mes malaises se produisaient parfois. Surtout le matin. Et cela ne plaisait pas. Parfois je les entendais rire et ricaner. Qui ? Je ne sais pas trop et je ne voulais pas me montrer trop curieux. J'avais bien vu que certains hybrides se faisaient battre quand quelque chose n'allait pas. Heureusement, j'évitais cela. Je n'aimais pas du tout cet endroit. Je me sentais toujours comme un étranger. J'avais l'impression de ne pas avoir ma place. Je n'arrivais pas à me lier avec les autres. Pas vraiment. Il y avait bien Judith qui aimait me câliner. Mais cela ne remplaçait pas ce que j'avais perdu en arrivant là. Mes parents me manquaient.

Magasins et Adoptions

Les deux ans passèrent rapidement. Et sans même m'en rendre compte, on me déclara conforme à la vente. Je quittais alors le centre et on me plaça dans une cage. J'avais 16 ans. Je n'ai pas eu à attendre longtemps pour que quelqu'un m'adopte. C'était un homme qui avait la trentaine. Son nom ? Je ne me le rappelle plus. Marin, Martin... quelque chose comme ça. Il était dans la vie active et me déclara directement après être entré dans sa voiture pour aller jusque chez lui que je devrais prendre soin de son appartement. Je m'efforçais alors de le faire. La première semaine, il fut très gentil avec moi. Il alla au magasin avec moi pour me montrer ce qu'il préférait. Il m'avait indiqué où se trouvait les ustensiles dont j'avais besoin pour la cuisine, la lessive, le ménage. Puis ce fut différent. Ma cuisine semblait lui plaire mais je ne nettoyais pas suffisamment bien les pièces. Il trouvait toujours à redire. Il voulait que je fasse les hauts des armoires toutes les semaines alors que je devais monter sur une chaise pour faire cela et que même ainsi, j'avais du mal à cause de ma taille. Après près d'un mois, il en eut marre. Il me rendit au magasin et pris une demoiselle plus âgé que moi à la place.

Après ce maniaque de la propreté, d'autres maîtres se présentèrent. Il y eut notamment une artiste peintre, amatrice dans l'art mais qui se prenait pour une star. Je trouvais qu'elle avait un grain à la place du cerveau. Ces œuvres ne me semblaient pas exceptionnelles. C'étaient des taches sur des taches. Fort sombre, fort sinistre. Elle dormait peu la nuit et était d'humeur exécrable le matin. Elle a une fois renversé le petit déjeuner que je lui avais fait car l’œuf était trop cuit à son goût.

Plus tard, ce fut une famille qui m'accueillit chez elle. Je pensais que cela allait aller dans cette maison. Mais c'était sans compter les enfants. Avant, c'était moi le plus jeune, au manoir. Mais là, c'était eux. Et ils étaient de véritables petits monstres. Une fois les parents absents, l'un d'eux avaient dessiné sur les murs, un autre avait tiré la queue du chat tellement fort que le félin s'était sauvé à la hâte renversant sur son passage le vase précieux de la mère de famille. Après cela, sans avoir besoin de réfléchir, on me renvoya à nouveau au magasin...

Ce n'était que trois parmi tant d'autre. Avant de rencontrer Léo, j'avais déjà cessé de compter le nombre de mes adoptions. Ah, mais je vous parle de lui sans même vous dire qui il est. Léo est un hybride canin plus jeune que moi. On s'est rencontré en boutique. Nous étions voisin de cage. Tous les deux, nous avons vite sympathisé. Le jeune homme avait l'air ravi de pouvoir faire la conversation à quelqu'un d'autre. C'est lui qui me parla de liberté pour la première fois. La liberté sans être esclave des humains. Ses discussions étaient passionnantes. J'avais droit à une nouvelle vision de notre monde en parlant avec lui. Puis il partit. Entre temps, quelqu'un d'autre désira m'adopter. C'était une femme de près de 50 ans. Tout de suite, elle me dit qu'elle ne voulait pas de moi. Elle voulait m'offrir à sa mère. Elle voulait que je lui tienne compagnie. Elle-même ne voulait pas se charger de prendre soin de sa mère. Elle disait avoir autre chose à faire. Elle m'apporta alors chez la vieille dame. Celle-ci fut heureuse fut heureuse d'avoir de la compagnie. Parmi tous mes maîtres, je pense qu'elle fut la meilleure. Comme elle ne pouvait plus faire grand chose à cause de l'âge et de la maladie, elle ne repassait pas derrière moi, elle ne me critiquait pas. Elle aimait ma présence. Elle disait qu'elle se sentait moins seule. Puis un jour, alors que je revenais d'avoir été faire les courses, elle n'était plus. J'étais un peu sous le choc. C'était la première fois que j'étais confronté à la mort. C'était une mort naturelle et douce mais... La vie l'avait quitté. J'avais alors appelé la fille de la vieille dame. Elle se chargea alors de tout ce qu'il fallait sur le moment. Elle se retourna alors vers moi et me dit que je n'avais plus d'utilité pour elle. Elle ne m'avait acheté que pour la vieille femme. Elle me rendit le soir même au magasin.

Là, j'y retrouvais à mon plus grand soulagement Léo. Je reprenais ma place dans la cage à côté de la sienne. Mais... Je sentais que quelque chose n'allait pas vraiment. Mais si il ne voulait pas en parler, je n'allais pas le forcer. Il avait droit à son jardin secret. Mais si nous avions pu être sans barreaux, je l'aurais très certainement pris dans mes bras directement.


La rébellion

Il y a un an, il se passa quelque chose dans la ville. Nous, en cage, on ne savait pas. Nous ne faisions qu'attendre...  Mais j'entendais les sirènes qui tournaient dans la ville. Puis soudain, la porte claqua. Il y eut un bruit fort sans pour autant qu'il y ait d'explosion. Les cages s'ouvrirent peu à peu. Une voix nous exhortait de sortir. Une voix nous disait qu'on était libre, qu'on pouvait venir avec eux.
Ma cage s'ouvrit et je regardais le mur face à moi. Sortir ? Vraiment ? Avec hésitation, je me relevais et sortais. Je me tenais à la cage, comme pour me retenir de tomber. L'agitation était partout. Mais je m'y retenais aussi pour pouvoir y rentrer si jamais tout cela n'avait été qu'une mauvaise farce. On ne sait jamais avec les humains...
Quelqu'un vint alors vers moi. Il me dit que j'étais libre et que je pouvais venir avec eux. « Vraiment ? » avais-je eu envie de dire ? Je vis Léo qui n'avait pas hésité. C'était sans doute mieux pour lui. Mais moi... Non, je ne pouvais pas. Je ne pourrais pas les aider, je ne pourrais pas faire ce qu'ils font comme maintenant. J'imaginais aussi qu'ils devaient sûrement venir en ville régulièrement pour voler des vivres ou quoi que ce soit dans le genre. Mais même ça, je ne pourrais pas le faire. Je n'avais pas la force physique pour.
« Je ne peux pas. J'aimerais mais je ne peux pas. »
Je ne savais pas qu'à ce moment-là l'homme que j'avais devant moi était comme le chef de l'opération. Il posa sa main sur mon épaule. Il me dit que si je voulais aidé leur cause je pouvais toujours le faire depuis la ville. Je pouvais devenir leurs yeux et leurs oreilles. Il me proposait cela calmement alors que la ville connaissait un chaos étrange. Je restais surpris par sa proposition. Pourquoi me demander cela ? J'étais si expressif que ça ? Peut-être... Je hochais alors la tête, acceptant l'offre. Je n'aurais qu'à être moi même et avoir l'oreille qui traîne, ce n'était pas bien compliqué.
Je restais alors à l'animalerie, faisant des adieux plus que bref à Léo. Quand ceux qui avaient décidé de partir ne furent plus là, tout redevint silencieux. Le calme après la tempête.
Et un sentiment de solitude sans lendemain m'envahit. Je ne savais pas quand est-ce que j'allais revoir celui que je considérais comme mon meilleur ami.



Actuellement

Après ces événements, le temps passa. Le vendeur était débordé et je m'étais proposé de l'aider. Il m'avait jeté un regard noir signifiant « tu te fous de moi ? » Je lui rappelais alors que je n'avais aucune envie d'être libre, que cela m'effrayait, que je préférais me rendre utile auprès de lui puisque je n'avais pas de maître. Il connaissait mon parcours, il avait vu que j'étais resté quand tant d'autres avait pris la poudre d'escampette. Il s'est sûrement dit que je ferais mieux les courses que les jeunes hybrides fraîchement arrivés. Il accepta et m'accompagna pendant près des deux mois, bien que le second mois, il m'accompagna moins fréquemment. Ensuite, je pus sortir seul de la boutique. Je profitais de ces moments pour pouvoir rencontrer les intermédiaires rebelles comme Finn. Mais je n'avais pas grand chose à dire pour le moment... Oui, la ville se remettait et cherchait les coupables mais dans la boutique je n'arrivais pas à avoir beaucoup plus d'informations. Je devais donc attendre que quelqu'un accepte de m'adopter et ne me remette pas tout de suite en boutique...    



PSEUDO

Pseudo ☀ Nade
Âge ☀ 22 ans
Comment es-tu arrivé ici ? ☀ Multicompte
Un petit mot ? ☀ Huhuh ♥ J'espère combler vos espérances avec ce petit et être à la hauteur pour le jouer !
© ASHLING POUR EPICODE


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiroshi
Hybride Sauvage
Race : Faucon pèlerin
Messages : 176
Date d'inscription : 22/02/2015
Emploi : Pire ennemi d'Akechi ~
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 22 Juil - 22:43
Re-bienvenue! Eliott **
Courage pour la suite de ta fiche!

✿*゚‘゚・✿.。.:* *.:。✿*゚’゚・✿.。.:* *.:。✿*゚¨゚✎・ ✿.。.:* *.:。✿✿*゚‘゚・✿.。.:* *.:。✿*゚’゚・✿




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amaya
Hybride Neutre
Race : Chaton Angora tigré
Féminin
Messages : 261
Date d'inscription : 09/12/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 24 Juil - 12:44
Rebienvenue o/

✿*゚‘゚・✿.。.:* *.:。✿*゚’゚・✿.。.:* *.:。✿*゚¨゚✎・ ✿.。.:* *.:。✿✿*゚‘゚・✿.。.:* *.:。✿*゚’゚・✿



Merci encore Sean ♥️





Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Eliott
Rebelle Neutre
Race : Hybride pingouin
Messages : 13
Date d'inscription : 22/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 27 Juil - 15:30
Merci à vous !

Alors voilà, j'ai fini ma fiche ! Bonne lecture à vous, car c'est l'une des plus longues que j'ai faites XD
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Aëvan Howard
Humain Bon
Masculin
Messages : 69
Date d'inscription : 03/02/2017
Age : 22
Emploi : Danseur contemporain
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 27 Juil - 16:36
Rebienvenue ! :mouton:
Ton personnage est adorable haha

✿*゚‘゚・✿.。.:* *.:。✿*゚’゚・✿.。.:* *.:。✿*゚¨゚✎・ ✿.。.:* *.:。✿✿*゚‘゚・✿.。.:* *.:。✿*゚’゚・✿


Freedom exists


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Eliott
Rebelle Neutre
Race : Hybride pingouin
Messages : 13
Date d'inscription : 22/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 27 Juil - 22:53
Merci Aevan ! Je le trouve aussi trop chou le petit Eliott *^*


________________________


Attention ! Modifications apportées !

La partie rébellion a été revue !
La partie Actuellement n'a subie qu'un ajout de deux trois mots car elle restait cohérente avec la modification apportée juste au dessus.

En espérant que cela convienne :)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sean
Rebelle Sauvage
Messages : 318
Date d'inscription : 23/12/2014
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 31 Juil - 22:16

Tu es validé(e)! Bravo!



☆  Rebienvenuuue **
Après ces petits modifications, je n'ai plus rien à redire hormis que j'aime la facon dont tu as présenté les choses. Tu as bien cerné Eliott et j'en suis ravis *^* Content que ce prédéfinis t'ai autant inspiré ~ et en tout cas, bravo pour cette fiche ! J'espère que tu t'amuseras bien sur le forum avec ce nouveau personnage ** Je te valide ~



Tu peux dès à présent:

☆ Recenser ton avatar ICI !
☆ Si tu es un humain, vas demander une habitation ICI
☆ Tu peux aller si tu veux faire ta fiche de lien ICI !
☆ Si tu es un double compte, vas recenser ton compte ICI
☆ Si tu fais partie de la Brigade, lis les règles de la brigade ICI, vérifies ton ou tes attributions ICI ainsi que le bureau qui t'est donné ICI.
☆ Si tu as un métier, tu peux aller le recencer ICI
☆ Et si tout est en règle, tu peux aller poster une demande  de maître/hybride ICI ! (attention, les hybride sauvages ne peuvent pas faire de demandes de maîtres!)

L'on te souhaite une bienvenue officielle et amuse toi bien parmi nous sur Dear Hybride ! ♥

(c) Fiche par Calys de L.Graph'



✿*゚‘゚・✿.。.:* *.:。✿*゚’゚・✿.。.:* *.:。✿*゚¨゚✎・ ✿.。.:* *.:。✿✿*゚‘゚・✿.。.:* *.:。✿*゚’゚・✿




Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dear Hybride :: 
The most important
 :: Your character :: Validated :: Hybride
-
Sauter vers: