Partagez | 
 

 Deux inconnus et le hasard [Pv Caroll]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Race : Faucon pèlerin
Messages : 132
Date d'inscription : 22/02/2015
Emploi : Pire ennemi d'Akechi ~

Petit plus
Hybride(s):
Maître:

MessageSujet: Deux inconnus et le hasard [Pv Caroll]   Sam 5 Nov - 22:44

Deux inconnus et le hasard
Caroll H. Reaper & Hiroshi
Le casque de musique bon marché posé sur mes oreilles, déformant ma coiffure au passage, je fixais d'un air très neutre le cadre affichant les noms des chansons qui allaient être diffusées une fois que j'aurais eu le courage et le non-sens d'appuyer sur « play ». Je n'avais pas besoin de me retourner pour savoir qu'on me jetait quelques regards intrigués ou septiques. Hm, pourtant, je n'étais qu'un hybride, perdu dans une grande surface, m'apprêtant à écouter les échantillons de musique des album actuellement vendus en rayon. Certes, mon look, ne collait pas beaucoup à ce qu'on croisait quotidiennement dans la rue, devrais-je me mettre au jean et aux chemises ? Hm, non.  Levant la main, toujours sans expression, très concentrer à supporter la futur musique qui allait me percer les oreilles, mon doigt rencontra enfin la touche « play ».

Aux premières notes de musique, mes yeux s'ouvrirent quelque peu tandis que j'analysais les paroles avant de passer la chanson agacé. Je ne comprenais pas ce que le chanteur baragouiner, c'était fort irritant. J'avais beau ne pas être anglais, ma langue maternelle était le japonais, mais pourtant, je me débrouillais plutôt bien en anglais, mais là... Est-ce que le chanteur était en crise épilepsie ? Ou complètement sous effet de l'alcool lors de l'enregistrement ? Oh non, je n'allais pas abîmer mes oreilles avec ces sons étranges qu'on avait eu l'arrogance de nommer « musique ». La nouvelle chanson se lança, cette fois-ci, je pus mettre un sens sur les paroles, et je devais l'avouer, ça n'était pas si désagréable que ça à écouter. Je devais avoir atteint un certain stade d'ennuis pour en arriver à ça, écouter de pauvres chansons sans y porter un réel intérêt. Mais bon, être un hybride illégal ne voulait pas dire que je devais constamment me faire courser par des chasseurs ou bien me cacher dans des  vides-ordure, ou que sais-je. Non, il y avait quelque chose à laquelle je ne pouvais échapper : l’ennui.

Oh, j'avais entendu parlé d'un bar-restaurant non loin d'ici, dans un cul de sac, très mal placé pour faire des entrées, et des rumeurs disaient que le propriétaire était un fan des hybrides. D'après ce que j'avais entendu, l'homme qui tenait le lieu ne faisait pas payer les hybrides en général, et surtout pas les sauvages. Aha, ce genre de comportement me faisait bien rire, les humains étaient dégoûtant, je mettais ma main à couper que l'homme ne faisait pas ça par pure gentillesse, qu'il devait y avoir un sentiment de culpabilité ou alors une bonne raison, mais en aucun cas il faisait tout ça sans idée derrière la tête. De toute manière, qu'est-ce que ça changerait ? Les humains étaient des pourris, des êtres qui devraient s'écraser face aux hybrides, leur faiblesse et cupidité avaient fait qu'ils avaient asservis les hybrides. Un hybride valait mieux qu'un de ces humains, le jour où ils seront à nos pieds, je savourerais bien  ce sentiment de satisfaction... Non, je le ferais durer, j'irais faire vivre à ces humains ce qu'on vit actuellement... Pour mon bon plaisir. Pourquoi se contenter de peu quand on peut avoir le monde à ses pieds ? Là était le même principe, pourquoi juste me contenter du fait que les humains sont asservis alors que je peux leur faire vivre pire ? Enfin, là n'était que des mots, nous étions encore bien loin de cette société et je ne savais si nous arriverions un jour. Oh ! Je m'égarais un peu. Tout aussi peu sincère que soit le comportement de cet humain, l'idée de pouvoir me reposer et manger à l’œil, me tentait quelque peu. Or, j'avais un nouveau problème : qu'on sache que je sois un hybride sauvage ne m'intéressait pas énormément. Oh, non, je n'avais pas honte de mon statu, je le préférais à celui qui consisterait à lécher les pompes d'un humain, cependant, il n'était pas très sûr de le crier sur les toits.

Avec un petit soupir exaspéré, j'arrêtais la musique avant de retirer le casque et passer une main dans mes longs cheveux pour me recoiffer. Aujourd'hui, ils tombés le long de mon dos et sur mes épaules couvertes de mon kimono bleu ciel avec quelques motifs blancs. Hm, hm, j'étais vraiment beau aujourd'hui, inutile de le nier, je n'étais pas laid. Après la petite séance coiffure, mes pas me firent enfin quitter la grande surface, je voulais aller au bar pas cher. Le problème était toujours le même, comment avoir à manger gratuitement sans faire savoir que j'étais sauvage ? Cette question m'occupa l'esprit tout le long du chemin, et, alors que j'allais tourner au coin de rue pour arriver dans le cul-sac, mes yeux rouges se posèrent sur un hybride assis par terre comme si cela faisait des heures qu'il attendait une personne. J'étouffais un soupir avant de le détailler de haut en bas, les cheveux bruns foncés en bataille et attachés, des yeux améthystes qui semblaient eux aussi me scruter,  une queue féline, sûrement un gros félin, et aux vue de son pull rayés noir et violet et des  manches abîmées comme si ce vêtement avaient vécut trop d'année, ce type était un sauvage. Eurk, son jean était déchiré, et ses bottes dans un état bien pire, voilà donc un plouc.  À ma vue, l'hybride eut un grand sourire et se leva, qu'est-ce qu'il me voulait ?

« Voilà quelqu'un qu'il n'est pas courant de croiser par ici ! »

Pff, cet hybride avait un grain, ça se sentait d'ici, aucune envie de m'attarder avec lui ni de lui faire la conversation... Oh mais ! S'il était un sauvage, il pourrait m'être utile pour aller grignoter dans le bar qui était presque à ma portée. Le brun face à moi continua de me fixer avant de se déplacer de façon à me contourner, comme s'il cherchait à tout voir de moi. Je n'aimais pas vraiment ça, en plus, voilà qu'il venait de poser ses mains sur mes épaules et rapprocher son visage du mien. Trop tactile. Aucune gêne.

« C'est quoi ton nom ? Je ne me rappelle vraiment pas t'avoir croisé auparavant, tu es nouveau ici ? Un hybride bien précieux que voilà! »

Cet hybride me donnait envie de gerber, avec ses mains sales, il avait prit une mèche de mes cheveux avant de la relâcher et se reculer un peu. Cette personne avait-elle conscience que ça ne se faisait pas ? Je n'osais imaginer tous les microbes qu'il avait mis sur mes précieux cheveux... aha, ça me donnait envie de le cogner avec mon éventail. Comme s'il semblait comprendre que je n'appréciais pas  son comportement, le brun pencha légèrement la tête, sa queue battant un peu l'air alors qu'un demi-sourire se dessina sur ses lèvres.

« Pas très causant, tant pis ! Je ferais la conversation pour nous deux ! Et...Oh ! »

L'hybride devant moi semblait avoir été fasciné par quelque chose et avant de rajouter quoique ce soit, il s'élança dans la rue en criant à une personne de l'attendre. Hm ? Il allait ramener un autre plouc ? Ou bien cette fois,  je me retrouvais seul ? Ce fut la curiosité qui me poussa à attendre un peu avant d'entendre l'hybride revenir avec une autre personne.

« Je t'ai dit, tu peux pas aller là-bas, il y a plein de chasseur dans le coin ! Tu vas te retrouver en cage après, c'est mauvais ça. Oh c'est quoi ton nom ? Moi, c'est Cross, on m'appelle chat de gouttière ou d’égout aussi,mais on va s'en tenir à Cross. Pour en revenir à ce que je te disais, le bar il est là, si t'es un hybride, c'est gratuit, on paye rien, tu vois, c'est au fond  de la rue là, la porte bleue ! »


Le félin revint avec un autre hybride, un aux cheveux blancs, même si sur les pointes, ça n'étaient pas trop ça. Sur son crâne il y avait des oreilles de renard, ou de loup... mais au moins, celui-là, il ne semblait pas sortie d'une benne à ordure. Le dénommé Cross lâcha l'hybride et se dirigea vers la porte bleue, celle qui donnait sur le bar tant désiré. À mi-chemin, il se retourna vers nous et avec un sourire malicieux, nous lança :

« Venez ! C'est sympa comme endroit, et puis, vous serez à l’abri des chasseurs. Faites pas les timides, vous allez vous amuser ! »


Sur ces mots, le brun ouvrit la porte et disparut de ma vue. Hm, j'étais venu pour ça au départ, mais j'avais comme l'impression que si j'entrais dans cet endroit, j'allais devoir supporter le félin, ou bien, que mon temps de détente n'allait plus être très reposant. J'hésitais grandement pour le coup, cependant, j'avais faim. J'avais faim et pas un rond à perdre pour de la nourriture. Du coin de l’œil, je jetais un regard à l'homme aux cheveux blancs non loin de moi, qu'est-ce qu'il allait faire ? Prenons un risque, j'allais prendre la même décision que lui, s'il y allait, j'irais, s'il partait, je le suivrais pour voir l'aboutissement de mon jeu.

✿*゚‘゚・✿.。.:* *.:。✿*゚’゚・✿.。.:* *.:。✿*゚¨゚✎・ ✿.。.:* *.:。✿✿*゚‘゚・✿.。.:* *.:。✿*゚’゚・✿




Clubs




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Deux inconnus et le hasard [Pv Caroll]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Nos chemins se croisent, ce n'est pas un hasard [Louane]
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )
» Deux âmes perdues sur les falaises. [Nagate SEUL]
» Duel entre deux âmes soeurs. [PV Luke Kayan]
» Un ti termi que j'ai trouvé sur internet par hasard

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dear Hybride :: Downtown :: Les ruelles-